•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les propriétaires de terres en friche courtisés en Abitibi-Témiscamingue

Planteur d’arbres qui s’avance, petits plants de conifères entre les mains.

Un planteur d’arbres sur un site de reboisement en périphérie de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs dizaines de propriétaires de terres en friche de la région participent samedi au 7e Colloque régional sur la forêt privée à Chazel en Abitibi-Ouest.

L'Agence régionale de mise en valeur des forêts privées de l'Abitibi (ARFPA), l'Association forestière de l'Abitibi-Témiscamingue (AFAT) et le Syndicat régional des producteurs de bois (SPBAT) souhaitent encourager le reboisement des friches agricoles et forestières.

La région compte plus de 2300 hectares de friches qui pourraient être reboisées.

Pour le président de l'ARFPA, Alain Shink, la forêt privée peut augmenter ses capacités de production de bois destiné aux usines.

Il croit que c'est le moment idéal pour amener les propriétaires privés à s'engager dans le projet.

Historiquement, on a reboisé environ 1,2 million de plants par année, dit-il. Avec le programme du fonds fédéral compensation de carbone, on obtient pour 2020 et 2021 le double de ces plants-là, donc on veut augmenter le nombre de propriétaires et producteurs qui font du reboisement, et c'est spécifiquement destiné aux friches, donc il faut cibler ces producteurs-là.

Selon l'Association forestière de l'Abitibi-Témiscamingue, une plantation à maturité peut être une source non négligeable de revenus.

Oui, il y a des arbres de disponibles et des subventions aussi pour les aider à ce que les travaux ne coûtent pas trop cher. Et en bout de ligne, leur démontrer aussi ce qu'ils pourraient faire comme revenus. En 2019, la récolte d'une plantation à maturité peut engendrer des revenus de plus de 13 000 dollars par hectare de friches, donc c'est beaucoup, indique le responsable des communications de l'association, Sébastien Nolan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !