•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une tour cellulaire dénoncée à Sainte-Brigitte-de-Laval

Une tour de télécommunications
Une tour de télécommunications Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Plus d'une centaine de citoyens de Saint-Brigitte de Laval s'opposent à la construction d'une tour de télécommunications dans leur secteur.

Dans une pétition, ils dénoncent le projet de l’entreprise Vidéotron qui prévoit l’installation d’une antenne de 81 mètres dans le secteur des rues Saint-Antoine et Colibri.

L’instigatrice du mouvement, Magalye Mercier, dénonce le manque de transparence de la Ville.

« Il n’y a eu aucune consultation citoyenne. […] On considère qu’on n’a pas été informés. On demande à nos élus municipaux de nous informer des paramètres », affirme-t-elle.

Les citoyens réclament une consultation d’urgence. « Il y a 95% des résidents autour de la tour projetée qui ne sont pas au courant de ce projet-là. »

Magalye Mercier précise toutefois que l’objectif de la pétition n’est pas de s’opposer au projet de Vidéotron.

« On n’est pas contre. On veut [être informés] de comment on peut mieux servir le niveau cellulaire, mais que ce soit inscrit dans une idée de développement durable. »

Les citoyens craignent les effets que peuvent avoir sur la santé des résidents du secteur.

Le maire réagit

De son côté, le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval, Carl Thomassin, indique que le projet d’une tour de télécommunication dans ce secteur est « une demande qui date d’au moins 10 ans ».

« Les gens du secteur nord [de la ville] n’ont pas accès au réseau cellulaire », souligne-t-il.

Qualifiant les craintes des citoyens de « légitimes », M. Thomassin affirme que, dans sa démarche, l’entreprise Vidéotron respecte toutes les normes de Santé Canada.

« Pour bien desservir le secteur nord de Sainte-Brigitte, Vidéotron a analysé certains sites potentiels. Ils sont arrivés à la conclusion que le site sur la rue Saint-Antoine était le site qui correspondait à toutes les normes, notamment au niveau de la santé et du paysage », nuance-t-il.

Si un citoyen se sent lésé et croit que Vidéotron n’a pas respecté d’étapes, il peut faire une plainte au CRTC, ajoute le maire. « Ceci dit, présentement, ce que j’ai comme information au dossier, c’est que Vidéotron a respecté toutes les étapes », souligne-t-il.

De son côté, Vidéotron s’est engagée à tenir des rencontres avec les citoyens prochainement. « Ça va se faire », assure le maire.

Québec

Économie