•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac Nipissing : stable, mais encore menaçant

L'eau sur la rive d'un grand lac.

Un seul des lieux de mise à l’eau sur lac Nipissing à Nipissing Ouest est actuellement ouvert.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Mathieu Grégoire

Le niveau du lac Nipissing s'est stabilisé, mais la pluie et les vents des dernières heures forcent les propriétaires riverains à demeurer sur le qui-vive. Une alerte d'inondation demeure en vigueur plus d'un mois après avoir été décrétée par l'Office de protection de la nature de North Bay-Mattawa. Les autorités indiquent faire tout ce qu'elles peuvent pour réduire les risques de débordements.

Le niveau du lac était de 196,45 m dimanche en mi-journée, selon le plus récent relevé de l’Office de protection de la nature de North Bay-Mattawa. Le ministère ontarien des Richesses naturelles et des Forêts indique que, normalement, le niveau souhaité du lac à la fin mai est de 195,87 m.

Le lac se déverse à l’ouest dans la rivière des Français. À une vingtaine de kilomètres de cette embouchure se trouvent cinq barrages. Services publics et Approvisionnement Canada, Ontario Power Generation et le ministère des Richesses naturelles et des Forêts sont propriétaires et exploitent quatre de ces barrages sur le bassin versant.

Le porte-parole de Services publics et Approvisionnement Canada, Charles Drouin, indique que dans les derniers jours le ministère « a régulé les barrages Portage et Big Chaudière de manière à augmenter le débit d’écoulement du lac Nipissing ». Les vannes du barrage Little Chaudière ont quant à elles été totalement ouvertes en novembre dernier, précise M. Drouin.

Adjacent au barrage Portage se trouve la centrale hydroélectrique Okikendawt. La Première Nation de Dokis et l’entreprise Hydromege en sont propriétaires.

Gerry Duquette portant un manteau rouge.

Gerry Duquette est le chef de la Première Nation de Dokis qui vit aux abords de la rivière des Français.

Photo : Gerry Duquette

Le chef de la Première Nation de Dokis se désole que certains propriétaires riverains du lac Nipissing tiennent sa nation responsable du niveau élevé du lac et des risques de débordements.

Gerry Duquette explique que des gens allèguent que la centrale Okikendawt limite volontairement l’écoulement de l’eau pour minimiser les risques d’inondation chez de richissimes propriétaires fonciers le long de la rivière des Français.

Les exploitants de la centrale Okikendawt n’ont aucune autorité sur l’ouverture des vannes de leur barrage. Tout changement leur est imposé par Services publics et Approvisionnement Canada. C’est ainsi depuis l’ouverture de la centrale en 2015.

Processus décisionnel

La décision d’ouvrir les vannes des barrages en aval du lac Nipissing est le fruit d’un vaste processus. Un groupe de partenaires en gestion des eaux partagent leurs observations et font leurs recommandations au ministère fédéral qui détermine ainsi s'il est nécessaire de faire un changement aux barrages.

Les membres du groupe consultatif :

  • Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
  • Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario
  • L’Office de la protection de la nature de North Bay-Mattawa
  • Les municipalités de North Bay, Rivière des Français, Nipissing
  • Les Premières Nations de Nipissing et de Dokis
  • Ontario Power Generation
  • Weyerhauser
  • Des groupes communautaires du lac Temagami, de la rivière des Français
  • Lake Nipissing Stewardship Council
  • West Nipissing-Upper French Tourism Association

Graham Mewett est le représentant du ministère des Richesses naturelles et des Forêts à ce conseil consultatif. Selon lui, il est très peu probable que quiconque puisse influencer le groupe pour avantager des riverains au détriment d’autres.

Le groupe consultatif utilise des informations obtenues dans une approche intégrée et de manière impartiale en se basant sur des normes préétablies lors d’années normales.

Graham Mewett, spécialiste de la gestion intégrée des ressources, ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario

Le groupe consultatif tient des rencontres téléphoniques presque quotidiennement en cette période de crue printanière. Charles Drouin, de Travaux publics et Approvisionnement Canada, assure que son ministère suit la situation de près et continue de surveiller les prévisions météorologiques.

Nord de l'Ontario

Incidents et catastrophes naturelles