•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau est préoccupé par un rapport sur le blanchiment d'argent

Des billets de devises canadiennes.

Deux rapports sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique ont été publiés jeudi.

Photo : Getty Images / joshlaverty

La Presse canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau s'est dit alarmé par un rapport produit en Colombie-Britannique, qui démontre l'ampleur du blanchiment d'argent par les criminels dans le secteur immobilier.

Le rapport indépendant révèle que 5 milliards de dollars ont été blanchis dans le marché immobilier de la Colombie-Britannique l'an dernier, ce qui aurait fait grimper de 5 % le prix des maisons dans la province.

Le premier ministre Trudeau a parlé de conclusions « extrêmement alarmantes et absolument inacceptables ». Il a également souligné que le blanchiment d'argent touchait les simples citoyens en perturbant le marché immobilier. Il s'agit donc, selon lui, d'un problème « réel et urgent » pour tous les Canadiens.

M. Trudeau a rappelé que le gouvernement fédéral avait renforcé les vérifications des transactions immobilières et que le ministre fédéral de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, travaillait avec les provinces pour en faire davantage.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique avait commandé deux rapports en septembre dernier pour faire la lumière sur le blanchiment d'argent par le crime organisé sur le marché immobilier en surchauffe.

Selon le rapport, la Colombie-Britannique se classe au quatrième rang en matière de blanchiment d'argent parmi une division de six régions du Canada, derrière l'Alberta, l'Ontario, la Saskatchewan et le Manitoba.

Les estimations plus élevées du blanchiment d'argent dans les Prairies peuvent être « surprenantes », concède-t-on dans le rapport, mais les taux de criminalité augmentent dans ces provinces, et l'argent illégal se fraie un chemin dans les régions où l'immobilier est plus abordable qu'en Colombie-Britannique.

Le procureur général de la Colombie-Britannique, David Eby, a qualifié cette situation de crise nationale et a déploré que le gouvernement fédéral ne se soit pas intéressé davantage à cette question.

Le premier ministre de la province, John Horgan, a indiqué vendredi qu'il rencontrera les membres de son gouvernement mercredi prochain pour discuter du sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale