•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un entrepreneur de cryptomonnaies refuse de démanteler ses installations en zone agricole

M. Laliberté croise les bras, en plein centre du dôme, entouré par des centaines de modules.

L'entrepreneur Benoit Laliberté, dans un dôme appelé « station de chaleur » contenant 1000 modules informatiques utilisés pour produire des monnaies virtuelles et de la chaleur.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jérôme Labbé

Le Tribunal administratif du Québec (TAQ) vient d'ordonner le retrait de quatre gigantesques dômes de toile qui ont fait leur apparition dans la dernière année à Sainte-Marie-Madeleine, en Montérégie, jugeant que – contrairement aux arguments du promoteur – ceux-ci étaient plus destinés à miner des cryptomonnaies qu'à produire de la chaleur pour chauffer des serres de tomates. Mais le principal intéressé n'entend pas en rester là et promet de se battre « corps et âme ».

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Benoit Laliberté ne manque pas d’ambition.

La société qu’il dirige, United American Corp, annonçait en janvier 2018 son intention de construire pas moins de 25 usines à cryptomonnaie un peu partout au Québec, pour un total de 50 mégawatts (MW), par l'entremise de sa filiale Blockchain Data Centers.

Depuis, une première usine a vu le jour à Sainte-Marie-Madeleine, en Montérégie.

Or, celle-ci fait l’objet depuis juillet 2018 d’une ordonnance de démantèlement de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), qui considère que l’entreprise utilise sa propriété « à des fins autres que l’agriculture ».

Devant la CPTAQ, United American Corp avait alors soumis que les « activités de minage de cryptomonnaies étaient en fait un accessoire de chauffage pour d'éventuelles serres agricoles », faisant valoir que chaque module informatique produisait énormément de chaleur et que les revenus générés pourraient permettre d'amortir les coûts de chauffage.

Cet argument – qui est au coeur de l’affaire – a été rejeté par les tribunaux deux fois plutôt qu’une : par la CPTAQ et, en appel, par le Tribunal administratif du Québec (TAQ), qui a rendu sa décision le 25 avril dernier. United American Corp continue néanmoins à le défendre.

La conduite est installée près du toit, sous la toile du dôme.

Selon le système mis au point par l'entreprise de M. Laliberté, la forme du dôme favorise la circulation de l'air chaud le long du toit, jusqu'à une conduite qui transporte la chaleur vers une serre dont la température permet la culture maraîchère 12 mois par année.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L'entreprise entend maintenant contester la décision du TAQ en déposant une requête pour permission d’en appeler devant la Cour du Québec. Elle demandera en outre au juge de suspendre l’ordonnance de la CPTAQ, le temps de trancher le débat sur le fond.

Dans cette requête, que Radio-Canada a pu consulter, la société réitère que ses activités de minage de cryptomonnaies ne peuvent pas être considérées comme accessoires à ses activités agricoles puisque, selon elle, les deux forment un tout indissociable.

Elle mentionne qu’au TAQ, « le juge n’a pas été en mesure de circonscrire la nature exacte du système, préférant y voir un vulgaire système de chauffage, alors qu’il s’agit d’un système complexe de circulation continuelle d’air qui a pour objectif de maintenir la serre à une pression positive sur une période de 12 mois ».

Une reconversion

United American Corp est dirigée par Benoit Laliberté, un entrepreneur natif de Mont-Saint-Hilaire qui a fait les manchettes dans les années 2000 pour manipulation de titres et délit d’initié dans le dossier Jitec. Reconnu coupable de 41 infractions à la Loi sur les valeurs mobilières, il a dû payer des amendes totalisant près d’un million de dollars après que la Cour suprême du Canada eut refusé de se pencher sur son cas.

En 2004, M. Laliberté a créé Teliphone Corp, une entreprise de télécommunications qui offre notamment des services téléphoniques et des solutions informatiques en gestion de données.

Plus récemment, Benoit Laliberté s’est lancé dans les monnaies virtuelles. La société qu’il dirige actuellement a notamment investi plus de 6,5 millions de dollars pour acquérir l’ancien centre équestre Équi-folie, à Sainte-Marie-Madeleine, et mettre en branle la première phase de son projet « BlockchainDome Heat Campus ».

L’entrepreneur a par ailleurs témoigné récemment devant la Régie de l’énergie dans le cadre des audiences sur les tarifs d’électricité à imposer aux acteurs de la chaîne de blocs et des cryptomonnaies.

Lors du lancement officiel du projet « BlockchainDome », en janvier 2018, United American Corp avait déclaré qu'elle souhaitait installer dans les mois suivants « l’un des plus importants réseaux de minage de cryptomonnaies en Amérique du Nord ».

Depuis, l’entreprise diffuse des communiqués faisant état de ses projets de minage de cryptomonnaies au Québec et de l’évolution des travaux; aucun communiqué ne fait état cependant de l’ordonnance de la CPTAQ ni de la décision du TAQ.

En novembre dernier, par exemple, la société annonçait que son premier « campus » – celui de Sainte-Marie-Madeleine – opérait maintenant à plein régime. Elle mentionnait en outre la planification d’un second « campus », dont la construction devait débuter « tôt en 2019 ».

Une expansion ailleurs en Montérégie

En entrevue téléphonique, mercredi, Benoit Laliberté a confié qu’il souhaitait déployer la deuxième phase de son projet à Marieville, et la troisième à Saint-Pie. Car ces deux municipalités de la Montérégie sont alimentées en énergie par la Coopérative régionale d'électricité de Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville, un partenaire clé de United American Corp à Sainte-Marie-Madeleine.

L'intervention de la CPTAQ a toutefois jeté « une petite douche d’eau froide » sur cette expansion, admet M. Laliberté.

Cela étant dit, l’entrepreneur ne perd pas espoir de gagner sa cause, et ce, même si la CPTAQ pourrait en théorie se tourner vers la Cour supérieure pour assurer l'application de l'ordonnance.

« On ne laissera jamais arriver ça », affirme Benoit Laliberté. « Il va tellement y avoir de procédures que je vais étouffer la Commission. »

On va évidemment se battre corps et âme.

Benoit Laliberté, directeur général de United American Corp

« On est convaincus qu’on est dans nos droits », poursuit-il, déterminé à se rendre jusqu’en Cour suprême s’il le faut.

« Il y a tout le temps cet effet-là au Québec d'essayer de mettre des bâtons dans les roues quand vient le temps d’innover », déplore M. Laliberté. « C’est pour ça que de grands entrepreneurs ont quitté le Québec depuis les 20 dernières années. »

Les quatre dômes, construits les uns derrière les autres, et une petite serre, à la hauteur du premier.

Quatre grands dômes ont été installés sur les lieux de l’ancien centre équestre Équi-folie, à Sainte-Marie-Madeleine. Une petite serre de démonstration a également été construite. D'autres s'ajouteront une fois le litige réglé, promet M. Laliberté.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En attendant la suite, United American Corp poursuit ses opérations à Sainte-Marie-Madeleine. Les installations comptent à l’heure actuelle quatre dômes hébergeant pas moins de 5000 modules, qui servent à la fois de serveurs informatiques et d’unités de chauffage.

À terme, le projet prévoit également la mise en activité de nombreuses serres sur 1 hectare de terrain, soit 100 000 pieds carrés, mais pour l’instant, l’entrepreneur n’en a construit qu’une seule, qu’il présente comme une « serre de démonstration ». Les tomates, elles, devront attendre le règlement du litige.

« On attend juste de mettre le couvert sur la marmite avec la CPTAQ », dit-il.

Une entreprise inscrite en bourse

La société mère de Blockchain Data Centers, United American Corp, est inscrite en bourse aux États-Unis sur le marché des actions négociées de gré à gré (OTC). Les exigences de ce marché sont généralement considérées comme moins strictes que celles imposées par la U.S. Securities and Exchange Commission – l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers – pour l’inscription des actions sur un marché national.

United American Corp a généré en 2018 un revenu annuel de 1,7 million de dollars américains, « principalement par l'intermédiaire de la station de chauffage BlockchainDome », disait l’entreprise le 3 avril dernier, dans un communiqué portant sur ses plus récents états financiers.

Au cours de la dernière année, l’action de l’entreprise a oscillé entre 10 et 15 sous.

Avec la collaboration de Daniel Boily

Agriculture

Société