•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perdre sa voiture parce qu’on l’a achetée sans savoir qu'elle était volée

Perdre sa voiture parce qu’on l’a achetée sans savoir qu'elle était volée
Radio-Canada

Vous achetez une voiture d'occasion pour laquelle la Société d'assurance publique du Manitoba (MPI) vous fournit sans problème des plaques d'immatriculation. La dernière chose qui vous viendra à l'esprit est que votre nouveau véhicule est en fait une voiture volée.

C'est pourtant ce qui est arrivé à un couple de Winnipeg qui a acheté en août dernier une Ford Explorer modèle 2015.

Le véhicule du couple a été saisi par la police, qui affirme qu'il a été volé à Auto List of Canada, un vendeur de voitures d'occasion situé avenue Regent, à Winnipeg.

Pourtant, lorsque le couple a acheté le véhicule en le payant 14 500 $, rien n'indiquait qu'il s'agissait d'une voiture volée. Le vendeur avait remis aux acheteurs des papiers appropriés et les avait même accompagnés chez l'assureur public pour enregistrer le véhicule.

13 voitures volées

Le vol a été découvert en août quand Auto List a reçu un appel de la police de Winnipeg l'informant de la possibilité qu'un vol de voiture ait été commis. Après cet appel, le commerçant a procédé à un inventaire de son parc de voitures et constaté qu'il manquait 13 véhicules sur son site.

La police a retrouvé 12 des voitures volées qu'elle a restituées à Auto List. Cependant, quatre voitures avaient déjà été immatriculées au nom d'autres personnes, dont le couple qui a acheté la Ford Explorer.

Selon des documents déposés à la cour, un ancien directeur des ventes d'Auto List of Canada ainsi qu'un autre homme sont accusés du vol de 13 véhicules.

George InyGeorge Iny, directeur de l'Association pour la protection des automobilistes (APA). Photo : Radio-Canada

Comment protéger le consommateur?

George Iny, directeur de l'Association pour la protection des automobilistes (APA), reconnaît qu'il est difficile pour le consommateur de se prémunir contre ce genre de situation.

Selon lui, toutes les précautions habituelles, comme demander les papiers du véhicule, le faire inspecter avant l'achat ou se présenter en personne avec le vendeur au bureau d'immatriculation, pourraient ne pas fonctionner dans un cas comme celui-ci.

M. Iny estime que l'acheteur n'a pas commis d'erreur, puisque, normalement, si le véhicule est volé, le bureau de l'immatriculation ne devrait pas accepter la transaction.

Brian Smiley, porte-parole de la MPI, souligne qu'il est extrêmement rare qu'un véhicule volé puisse être immatriculé, car le système de MPI ne permet pas de faire un tel enregistrement, à condition, bien sûr, que le vol ait été signalé à la police auparavant.

Or, selon les documents de la cour, Auto List n'a signalé le vol que deux jours après la vente de la Ford Explorer.

D'après George Iny, l'acheteur est une victime. « Le commerçant n'avait pas fait son inventaire pour se rendre compte que les véhicules n'étaient plus sur son terrain », note-t-il.

Étant donné que leur nouveau véhicule était une voiture volée, le couple ne sera pas remboursé. Selon la MPI, il peut cependant poursuivre le vendeur.

La semaine dernière, un juge a ordonné que ce véhicule soit rendu au concessionnaire, car le couple ne s'est pas présenté au tribunal. Quant à l’ancien directeur des ventes, il devrait comparaître en juin.

Auto List n'a pas souhaité faire de commentaires.

Manitoba

Justice et faits divers