•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan routier s'est alourdi en Abitibi-Témiscamingue

Accident mortel sur la route 117 entre Val-d'Or et Louvicourt

Accident mortel sur la route 117 entre Val-d'Or et Louvicourt (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Lise Millette

La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) a publié ses statistiques sur le bilan routier de 2018. Pour l'ensemble de la province, le nombre de décès sur les routes a diminué comparativement à 2017, mais l'Abitibi-Témiscamingue n'a pas connu la même tendance.

L'an dernier, 359 personnes sont mortes sur les routes de la province. Fait considérable, il s'agit du plus faible bilan des 50 dernières années au Québec.

Pour ce qui est de l'Abitibi-Témiscamingue, le nombre de victimes a été 50 % plus élevé l'an dernier par rapport à l'année précédente. Si de nombreuses régions ont vu le nombre de décès diminuer, ce n'est pas le cas de l'Abitibi-Témiscamingue. La route a fait 21 victimes en 2018 dans la région.

L'Abitibi-Témiscamingue a connu une année difficile et c'est au chapitre des accidents mortels chez les conducteurs qu'a été le plus grand impact. Ce que je peux souhaiter pour la région, c'est qu'il s'agissait d'une année atypique et que dès l'an prochain la situation se rétablisse, a affirmé la présidente et cheffe de la direction à la Société de l'assurance automobile du Québec, Nathalie Tremblay.

Toujours selon la SAAQ, on note une diminution de la moyenne des accidents, entre 2013 à 2017, chez les 0 à 14 ans et les 15 à 24 ans. En revanche, le groupe d'âge des 45 à 54 ans est celui où l'on observe la plus forte hausse du nombre de décès, et ce, pour l'ensemble de la province.

Autre constat, la distraction est devenue le premier facteur de risque sur la route, comme le précise Nathalie Tremblay, de la SAAQ.

Lorsqu'on parle de distraction, on ne parle plus uniquement de cellulaires et textos, mais de distraction sous toutes ses formes. Notamment, les technologies ajoutées dans les véhicules, si on ne regarde que les tableaux de bord qui nous font quitter la route des yeux, indique Mme Tremblay. La deuxième cause de décès est la vitesse et la troisième, l'alcool au volant.

Abitibi–Témiscamingue

Accident de la route