•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer et pauvreté : la lutte de nombreux Canadiens

Un homme âgé est allongé sur une civière dans un couloir d'hôpital.

Au Canada, une personne sur deux devrait faire face au cancer au cours de sa vie.

Photo : Getty Images / alvarez

Radio-Canada

Radio-Canada Acadie révélait cette semaine l'histoire de William Morissette, qui n'a eu droit qu'à 15 semaines de prestations de maladie, alors que ses traitements contre le cancer l'empêchent de travailler depuis plusieurs mois. Son cri du coeur a résonné auprès de nombreux Canadiens sur les médias sociaux.

Je vis la même chose, écrit un abonné Facebook. J’ai 41 ans et la leucémie. J’ai de la chimio jusqu’en août et l’assurance-emploi jusqu’en juin. Je suis en arrêt pour encore un an.

J’ai dû passer par la même chose il n’y a pas si longtemps, écrit une autre. Et lorsque j’ai demandé quelles étaient mes options après l’assurance-maladie, ils m’ont référé à l’aide sociale.

Les commentaires sur l’article concernant le cas de William Morissette ont démontré que l’homme du Nouveau-Brunswick est loin d’être le seul à devoir conjuguer cancer et pauvreté au Canada.

Capture d'écran de la page go fund me de William Morissette

«J'ai besoin de votre aide car les 15 semaines de prestations de maladie ne sont pas suffisantes pour guérir un cancer et car on m'a refusé les prestations d'invalidité, même si je dois subir deux chirurgies», peut-on lire sur la page de sociofinancement de William Morissette.

Photo : Images : Go fund me/Colon Cancer An Stop Ei May 4

Une Québécoise déplorait l'insuffisance des prestations de maladie de l’assurance-emploi il y a déjà 10 ans. Marie-Hélène Dubé, qui a dû combattre trois cancers, a même lancé ce qui était d’abord une pétition, pour ensuite devenir une mobilisation en ligne. L’objectif : faire connaître cette réalité, exiger un changement de politique et réclamer plus de semaines de prestations.

On ne vit pas avec 15 semaines, on survit. Souvent, les traitements ne sont pas commencés et les prestations sont déjà terminées.

Marie-Hélène Dubé
Marie-Hélène Dubé en entrevue au Téléjournal Acadie.

Marie-Hélène Dubé a dû lutter contre trois cancers au cours de sa vie.

Photo : Radio-Canada

À ce jour, plus de 600 000 personnes ont donné leur appui, assure l'instigatrice de la pétition.

Le stress financier a un impact sur la maladie

Le stress financier peut avoir un impact sur le rétablissement des patients atteints d’un cancer, croit la professeure de psychologie de l’Université de Moncton Jalila J’Bilou.

C'est une détresse psychologique qui accompagne les défis financiers. Ça ralentit [le rétablissement] parce que ça préoccupe, ça rend la personne anxieuse, ça peut entraîner des colères. L'effet psychologique de l'aspect financier est fondamental.

Le gouvernement ne s'est pas prononcé sur une possible modification de la durée des prestations en cas de maladie.

Je suis de tout coeur avec M. Morissette dans sa lutte contre le cancer, affirme la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, dans une déclaration écrite. On sait que le système actuel n’est pas parfait et qu’il reste du travail à faire, même si le gouvernement canadien a apporté des modifications au système d'assurance-emploi pour l’améliorer.

Avec les informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Soins et traitements