•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sénatrice Lynn Beyak suspendue pour avoir refusé de retirer des propos racistes

Lynn Beyak.

Lynn Beyak

Photo : Photo fournie par Darlene Angeconeb

Radio-Canada

Lynn Beyak est expulsée du Sénat après avoir refusé de retirer des lettres qualifiées de racistes de son site web. Elle croit être punie pour avoir exercé sa liberté d'expression et ne compte pas s'excuser.

Pendant sa suspension, Lynn Beyak ne recevra pas de salaire et n’aura pas accès au personnel et aux ressources du Sénat.

Le Sénat prévoit de supprimer les lettres de son site web officiel.

Mme Beyak a rejeté les critiques à l'égard de ces lettres, estimant que la rectitude politique allait trop loin.

Elle a comparé sa suspension temporaire au totalitarisme décrit par George Orwell dans son roman dystopique 1984.

Ce type de sanction est totalitaire et va à l'encontre de la tradition des nations libres comme le Canada, dit Mme Beyak.

Le mois dernier, le Comité sénatorial de l'éthique a recommandé que Mme Beyak soit suspendue de la Chambre haute pour le reste de la session parlementaire après que la sénatrice de l'Ontario eut refusé de retirer les lettres en question.

Lynn Beyak croit que les lettres - dont certaines décrivent les Autochtones comme étant paresseux, opportunistes et incompétents - ne sont pas racistes.

Dire la vérité est parfois controversée mais jamais raciste.

Lynn Beyak, sénatrice

Elle avance qu'elles s'inscrivent dans le cadre d'une discussion plus vaste qu'elle tente de lancer au Canada au sujet des expériences vécues par les élèves dans les pensionnats autochtones.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !