•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conflit entourant les fréquences radios des services d'urgences à Saint-Clément

La municipalité de Saint-Clément, dans les Basques
La municipalité de Saint-Clément, dans les Basques (archives) Photo: Radio-Canada
Patrick Bergeron

Les élus de Saint-Clément craignent de perdre l'utilisation de la fréquence radio utilisée par leurs pompiers s'ils n'acceptent pas de payer pour une fréquence utilisée pour les premiers répondants.

Ces différents services sont offerts dans la région par la compagnie privée Électronique Mercier de Rivière-du-Loup.

Selon le maire de Saint-Clément, Éric Blanchard, la fréquence pour les premiers répondants était payée par le gouvernement du Québec jusqu'à ce que les services ambulanciers migrent vers le système RENIR.

Le maire avance que son village n'a pas les moyens de payer la facture évaluée à 1000 $ par an pour un service qu'il n'utilise à peu près jamais. Dans une résolution adoptée le 1er avril, les élus ont signifié leur intention d'abandonner le service offert pour les premiers répondants.

Éric Blanchard dit avoir obtenu l'assurance du Centre d'appels d'urgence des régions de l'Est-du-Québec que les premiers répondants pourraient communiquer avec eux par téléphonie cellulaire.

Conséquence, le président de la compagnie Électronique Mercier de Rivière-du-Loup, Carl Deschênes, a fait parvenir une lettre à la municipalité le 15 avril dans laquelle il stipule que sans entente pour ce service, il mettra un terme au service radio du service incendie de Saint-Clément.

La coupure de ce service viendrait mettre en péril la santé et la sécurité de nos citoyens.

Éric Blanchard, maire de Saint-Clément

Le maire Blanchard n'écarte pas la possibilité de se tourner vers les tribunaux pour empêcher l'entreprise Électronique Mercier de mettre un terme à ses services.

Joint au téléphone, le président d'Électronique Mercier, Carl Deschênes, a dit qu’il a toujours espoir d’en arriver à une entente avec la municipalité sans souhaiter commenter davantage.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale