•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un scorpion se retrouve dans la cuisine d’une Vancouvéroise

Un scorpion avec un fond bleu.

Le scorpion découvert par Gail Hammond est examiné sous une lampe à éclairage ultraviolet.

Photo : Adrian Walton

Radio-Canada

Quand elle a aperçu un petit scorpion sur le plancher de sa cuisine, Gail Hammond a d'abord cru qu'il s'agissait d'un aimant tombé de la porte de son réfrigérateur. En effet, la Vancouvéroise est une grande admiratrice du groupe de rock allemand Scorpions et possède plusieurs objets souvenirs à l'image de ces musiciens.

Toutefois, quand l'arachnide s’est réfugié sous le réfrigérateur, elle a tout de suite compris qu’il s’agissait plutôt d’un vrai scorpion.

Avec l’aide de sa fille, Gail Hammond a réussi à le capturer et à l’enfermer dans un contenant dans lequel elle a fait des trous pour qu'il puisse respirer. Elle a ensuite appelé un exterminateur, qui lui a suggéré de tuer le scorpion en utilisant du poison. Mme Hammond a plutôt choisi de lui donner de l’eau et quelques insectes.

Par la suite, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) a suggéré d’amener le scorpion chez un vétérinaire spécialisé en animaux exotiques.

À l’Hôpital animalier Dewdney, à Maple Ridge, en Colombie-Britannique, le Dr Adrian Walton a examiné le scorpion et déterminé qu’il s’agissait d’une femelle enceinte de trois à quatre mois. Selon lui, il s’agit d’une espèce qui vit normalement en Californie et en Arizona.

Gail Hammond ne sait pas comment le scorpion s’est retrouvé chez elle. Deux jours avant son apparition, elle a fait des courses et laissé ses sacs par terre dans sa cuisine.

Le Dr Walton croit que l’animal était peut-être caché parmi des produits frais ou des plantes provenant de la Californie. Il explique que c’est de cette façon que plusieurs scorpions dont il entend parler se retrouvent en Colombie-Britannique.

« Une héroïne »

Adrian Walton se réjouit que ce spécimen soit arrivé dans sa clinique en vie. « Mme Hammond est une héroïne, dit le vétérinaire. Habituellement, les gens les tuent avant de venir me demander : "Qu’est-ce que c’est? Est-ce dangereux?" »

« Dans la plupart des cas, la réponse est : "Non, mais vous avez bien fait de le tuer" », ajoute-t-il.

La réponse est toutefois différente en ce qui concerne le scorpion trouvé par Gail Hammond. Un biologiste du zoo d’insectes de Victoria a déterminé qu’il s’agit d’une espèce venimeuse. L’établissement pourrait ainsi devenir le nouveau domicile de ce spécimen, puisque les employés y sont formés pour s’occuper des animaux venimeux.

Avec les informations d'Yvette Brend

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux