•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants conservateurs « mal à l'aise » songent au Parti vert

Jason Kenney et Doug Ford

La mouvance conservatrice représentée par les premiers ministres Jason Kenney et Doug Ford déplaît à certains militants.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Malaise, inconfort, désarroi : des conservateurs de l'aile progressiste se sentent de moins en moins les bienvenus dans leur propre parti. La présence accrue d'éléments plus radicaux dérange, et le virage à droite des chefs conservateurs au pays préoccupe bon nombre de militants. Certains cherchent une solution de rechange.

Que ce soit l’opposition de Doug Ford ou de Jason Kenney à la taxe sur le carbone ou le discours d’Andrew Scheer envers « les immigrants illégaux » et contre le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies, les positions des chefs conservateurs au pays passent mal dans certains cercles de leur famille politique.

« Il y a un malaise qui est sur le point de se manifester publiquement, je le sens, explique Marie, ça devient difficile d’ignorer la tendance. »

Marie est une jeune professionnelle et une militante conservatrice qui vient d’une région rurale de l’Ontario. Elle appuie le programme économique du gouvernement Ford et ses efforts de redressement des finances publiques. Mais elle est préoccupée par le ton du discours émanant des forces conservatrices en général, au sujet de l’environnement, de l’immigration, de l’éducation sexuelle et des affaires autochtones.

« À l’international, on voit une montée du racisme, de l’homophobie, du nationalisme blanc. Et souvent, ces gens trouvent des amis dans le mouvement conservateur. C’est un petit groupe, mais leur voix est forte. »

Je suis de moins en moins à l'aise avec la présence de ces éléments au sein de notre parti. Il faut s'interroger sur l’effet que ce type de fréquentation peut avoir sur notre famille politique.

Marie, militante conservatrice ontarienne

En fait, cette militante ne s'appelle pas Marie; elle veut conserver l’anonymat parce que l’entreprise pour laquelle elle travaille a des liens d’affaires avec le gouvernement Ford. Mais sa position reflète la pensée de plusieurs membres du Parti conservateur interrogés par Radio-Canada.

« Orpheline de parti »

Une conseillère d’un ex-chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario écrivait sur son fil Facebook : « Je ne peux plus soutenir cette tendance grandissante au sein du mouvement conservateur en général, qui tente de gagner des votes par la peur, la division et la haine. »

Le message a été publié en mars, à la suite de l’attentat contre une mosquée en Nouvelle-Zélande, et après une déclaration publique d’Andrew Scheer qui « se tournait de tous les côtés comme un bretzel afin d’éviter d’utiliser les mots "musulmans", "mosquée" ou "terrorisme" », écrit l‘ex-conseillère.

Mon parti [...] danse autour de la vérité afin de ne pas offenser ses supporteurs suprémacistes blancs, alors c’est difficile pour moi de voter pour lui.

Une ex-conseillère conservatrice

Le chef conservateur avait par la suite diffusé un deuxième communiqué dans lequel il dénonçait « l’attaque contre deux mosquées » et la violence haineuse contre « nos frères et soeurs musulmans ».

« Je n’ai pas de preuve qu’Andrew Scheer courtise les suprémacistes blancs », ajoute cette ex-conseillère. Mais elle considère que cette déclaration sur l’attentat en Nouvelle-Zélande fait partie de « toute une série d’actions qui ne créent pas une atmosphère accueillante pour les minorités ».

« Je me sens orpheline de parti, ajoute-t-elle, mais l’idée de voter pour les libéraux me répugne. » Elle cherche des solutions ailleurs, tout comme Marie.

Changer de parti, cela aurait été impensable il y a 5 ou 10 ans. Mais ces temps-ci, j’y réfléchis sérieusement. Et le Parti vert semble de plus en plus valide pour représenter mes valeurs.

Marie, militante conservatrice

Marie indique par ailleurs que les verts ont encore beaucoup de chemin à faire pour gagner son appui : « Je fais mes recherches, j’étudie leur programme », dit-elle. Mais elle admire la chef Elizabeth May, qui est « une progressiste au niveau social, mais conservatrice sur les questions fiscales », selon Marie.

L’effet Ford en Ontario

Sous Doug Ford, le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario a pris un tournant populiste, et s’est aussi rapproché de la droite religieuse. Ses positions sur la diversité sexuelle et les cours d’éducation sexuelle « me font honte », confie par messagerie une troisième militante conservatrice.

Ford ramène notre parti 20 ans en arrière. J’ai été conservatrice toute ma vie. Et maintenant, j’écris à mon député toutes les semaines pour signifier mon désaccord avec leurs politiques. J’ai arrêté de contribuer financièrement, et je ne me sens PAS bienvenue dans ce parti.

Une militante conservatrice

Le combat de Doug Ford contre la taxe sur le carbone et son attitude belligérante envers ses opposants, dont le maire de Toronto John Tory, contribuent également à ce sentiment, ajoute la militante.

« Les gens se bouchent le nez, ajoute-t-elle, sont de moins en moins impliqués, font moins de bénévolat pour le parti. Et regardent ailleurs. »

Tensions ravivées

Le sentiment d’aliénation d’une partie de l’aile progressiste des conservateurs ne date pas d’hier. Elle s’est notamment intensifiée lors du débat sur la fusion des progressistes-conservateurs avec l’Alliance canadienne en 2003. Stephen Harper avait réussi à unifier le parti et à calmer les mécontents, mais la montée du discours plus populiste des dernières années semble raviver ces tensions.

« Le centre de gravité du Parti conservateur a bougé vers la droite, à un point tel qu’il n’y a plus d’espace pour les progressistes », estime Derek Leebosh, vice-président à la maison de sondage Environics. « À travers le monde, les partis de la droite ont fait une évolution vers la droite plus populiste et xénophobe. »

Le sondeur émet cependant une mise en garde : si la voix des jeunes professionnels progressistes-conservateurs est forte, elle représente parfois une minorité de la base militante conservatrice, surtout rurale.

Il y a une certaine surreprésentation des gens qui sont très en faveur du libre-échange et qui veulent des budgets équilibrés, mais qui sont aussi progressistes sur les questions sociales et en faveur de l’immigration.

Derek Leebosh, vice-président de la maison de sondage Environics

« La droite traditionnelle au Canada est à la retraite », affirme Derek Leebosh. « C’est certain que ces gens-là existent, mais souvent c’est de la nostalgie des conservateurs sous Stanfield, Clark ou même Mulroney », avance le sondeur.

Des « Blue Grits » tergiversent aussi

Des militants libéraux qui représentent l’aile droite du parti font part de leur mécontentement sur le « virage à gauche » pris par Justin Trudeau au fédéral, et Kathleen Wynne avant lui en Ontario.

Les « Blue Grits », qui se réclament de l’héritage de Jean Chrétien et de Paul Martin, déplorent le manque d’attention portée à la lutte contre le déficit et à l’assainissement des finances publiques.

L’ex-ministre libéral ontarien sous Dalton McGuinty, John Milloy, est maintenant professeur agrégé à l’Université Wilfrid-Laurier. Il a également travaillé à Ottawa au bureau de Jean Chrétien et John Manley.

Beaucoup de personnes pensent au Parti vert : il est différent, c’est un peu de mystère et c’est facile d’imaginer les verts comme un parti qui va agir comme vous voulez.

John Milloy, professeur associé à l'Université Wilfrid-Laurier

L’attrait des verts, selon lui, vient surtout « des inquiétudes concernant les partis traditionnels ». Mais il reconnaît que de nombreux membres du Parti libéral, heurtés par l’histoire SNC-Lavalin, flirtent avec l’idée de faire le saut. Comme, par exemple, les anciennes membres du caucus libéral Jane Philpott et Jody-Wilson-Raybould, qui seraient encore en réflexion.

« Ça arrive que des militants libéraux menacent de passer chez les verts, mais sont-ils vraiment sérieux? C’est souvent la manifestation d’un mécontentement réel, mais temporaire », mentionne encore M. Milloy.

Volatilité électorale

Le sondeur Derek Leebosh reconnaît que la volatilité électorale est en croissance, mais il doute que les verts puissent vraiment tirer profit de cette mouvance en visant le milieu de l’échiquier politique. « Si vraiment beaucoup de gens avaient cette opinion, il y aurait un parti politique qui essaierait d’en prendre avantage. Je pense qu’il y a un certain plafond pour les verts. »

Un Red Tory, homme d’affaires de Bay Street, en faveur du libre-échange et du capitalisme, peut-il vraiment voter pour un parti qui veut complètement fermer l’industrie pétrolière et qui probablement un jour voudra que tout le monde devienne végétarien?

Derek Leebosh, vice-président à la maison de sondage Environics

Quitter les conservateurs ne sera pas une décision facile à prendre, confie Marie. « J’ai développé des amitiés et des loyautés profondes au sein du Parti conservateur. C’est déchirant de penser à quitter sa famille politique et de chercher refuge ailleurs. »

« Je ne vais travailler pour aucune campagne conservatrice lors de la prochaine élection. Mais je ne resterai plus silencieuse, je ne vais pas m’abstenir. Je vais faire un choix et prendre position », ajoute-t-elle.

Selon elle, ce sont les jeunes politiquement actifs qui feront la différence. « On parle ici de valeurs fondamentales. Nous avons la responsabilité de faire des choix difficiles et de nous aligner avec un parti auquel on croit. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique