•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD du Manitoba, au coeur d'une tempête au bien mauvais moment

Steve Ashton.
Steve Ashton a été élu pour la première fois en 1981 dans la circonscription de Thompson. Il a été ministre plusieurs fois au cours de sa carrière avant d'être défait en 2016 par la conservatrice Kelly Bindle. Photo: Radio-Canada / Kelly Malone
Radio-Canada

La décision du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba d'interdire à un ancien député de se présenter aux prochaines élections survient à un moment où le parti ne peut pas paraître divisé aux yeux des électeurs, selon un politologue.

« Ce n’est pas une bonne chose pour le parti d’avoir encore une autre bataille sur la place publique, surtout à l’aube d’une élection anticipée », affirme le professeur de sciences politiques de l’Université du Manitoba Paul Thomas.

« Il s’agit d’une distraction indésirable. Il sabote son avenir en faisant éclater publiquement ce désaccord », ajoute-t-il.

L'ancien ministre provincial a présenté, mardi, ses arguments devant le comité de sélection des candidats du parti, mais le comité de direction a voté contre sa nomination.

Steve Ashton a été élu pour la première fois en 1981 dans la circonscription de Thompson. Il a été ministre dans plusieurs cabinets au cours de sa carrière avant d'être défait en 2016 par la conservatrice Kelly Bindle.

« Ashton a été membre de la législature pendant 35 ans. Il souscrit encore à une vision de centre gauche du parti qui s’intéresse davantage à promouvoir des idées socialistes que de prendre le pouvoir », croit Paul Thomas.

Selon lui, une division idéologique sépare le chef actuel du NPD, Wab Kinew, et Steve Ashton.

« Il y a un conflit de personnalité et d’ambition, affirme le professeur de science politique. M. Ashton a la réputation de jouer dur et il a beaucoup de détracteurs au sein du parti. Plusieurs personnes croient qu’il est allé trop loin dans plusieurs situations. »

Le politologue Raymond Hébert abonde dans le même sens.

« Il faut se rendre à l'évidence : M. Ashton est un mégalomane, c'est-à-dire qu'il pense toujours à lui d'abord et au parti ensuite. Il a un complexe de sauveur comme si c'est lui qui va sauver le parti malgré le fait que le parti l'a rejeté trois fois en tant que chef. Alors, en fin de compte, c'est un homme qui est un facteur de division au sein du parti », affirme-t-il.

Steve Ashton a été candidat au poste de chef du parti en 2009, en 2015 et en 2017. La dernière fois, l’ancien député de Thompson avait terminé deuxième, loin derrière Wab Kinew.

Plusieurs membres du NPD au Manitoba croient que Steve Ashton est la source de la diffusion d’informations confidentielles sur le passé de Wab Kinew.

Le NPD refuse d’expliquer les motifs de la décision concernant la candidature de Steve Ashton.

Un membre du comité de direction du NPD dans la circonscription de Thompson, Blair Hudson, croit qu’il s’agit d’une revanche.

La tempête dans laquelle est plongé le NPD en ce moment n'est pas une surprise pour Raymond Hébert.

« Le NPD est assujetti depuis longtemps à des conflits internes, ce n’est pas un secret », dit-il.

Paul Thomas voit cette situation d’un très mauvais œil.

« Ça montre que le parti est plus occupé à se battre à l’interne plutôt que de contester les politiques de Brian Palister », dit-il.

Des élections anticipées sont attendues au Manitoba ce printemps ou cet automne.

Manitoba

Politique provinciale