•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault accepte une rencontre pour parler du chemin de fer en Gaspésie

Le rail gaspésien entre Gaspé et Percé est en piètre état

Le rail gaspésien entre Gaspé et Percé est en piètre état

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault va rencontrer les acteurs qui ont un lien avec l'achèvement des travaux sur le rail en Gaspésie.

Le député a reçu un appel du cabinet du premier ministre quelques heures après son point de presse tenu jeudi matin, à l'Assemblée nationale.
Sylvain Roy estime que cette réaction rapide du premier ministre est de bon augure.

On me l’a confirmé, assure-t-il. J’ai tout de suite appelé le président de la Société de chemin de fer, Éric Dubé, pour qu’il réfléchisse à l’équipe qui va se présenter à la rencontre.

C’est une très bonne nouvelle. Ils ont réagi très rapidement. Ils ont compris que la pression était de plus en plus forte, entre autres des élus.

Sylvain Roy, député de Bonaventure
Sylvain Roy s'adresse aux journalistes.

Sylvain Roy et Harold Lebel (archives)

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Dans son point de presse, le député était accompagné de celui de Rimouski, Harold lebel. Il avait qualifié d'inacceptable l'échéancier de sept ans fixé par le gouvernement Legault pour rétablir le chemin de fer jusqu'à Gaspé, alors que le précédent échéancier était de 2022.

Selon lui ces délais allaient nuire au développement économique de la Gaspésie.

Le gouvernement dit que la réfection du rail va créer 170 emplois, mais si le rail n’est pas remis en état, on va en perdre encore plus, a dit le député. Des entrepreneurs pourraient décider d’aller voir ailleurs pour s’implanter.

Une région qui n’a pas accès à des moyens de transport va devenir répulsive et non attractive.

Sylvain Roy, député de Bonaventure

Sylvain Roy anticipait également une détérioration de la route 132.

Le réseau routier va subir une détérioration majeure parce qu’on a du transport de pales d’éoliennes qui se fait sur la route, s'inquiète-t-il. On a aussi la cimenterie qui utilise aussi la route pour certains marchés. Ça va nécessiter des investissements qui ne devraient pas être [faits].

Cette sortie des députés faisait suite à la motion adoptée par la Ville de Gaspé lundi pour faire pression sur le gouvernement Legault dans ce dossier. La motion a déjà reçu l'appui de plusieurs villes de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent, Chandler, Bonaventure et Carleton-sur-Mer.

Avec les informations de Catherine Poisson

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique provinciale