•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ accusée de vouloir faire dérailler le projet de tramway à Québec

La ligne de tramway se rendra jusqu’au secteur Louis XIV, dans le nord de la ville. Photo: Ville de Québec
Radio-Canada

Pour la première fois, François Legault évoque la possibilité de réduire la taille du projet de tramway à Québec si Ottawa ne trouve pas les 800 millions de dollars manquants pour boucler le financement. L'opposition accuse plutôt le premier ministre de vouloir faire dérailler le projet en faveur de sa vraie priorité : le troisième lien.

« Le premier choix, c'est que le fédéral revienne sur sa position et ajoute un 800 millions. Sinon, on va être obligés de regarder la possibilité de réduire le coût du projet », a déclaré François Legault, jeudi matin, après la période de questions à l’Assemblée nationale.

Même si le projet est bien entamé, le premier ministre croit qu'il peut encore être modifié. « Il y a plusieurs façons de faire un projet », a-t-il précisé.

M. Legault annonce que des discussions avec le directeur général de la Ville de Québec vont débuter. « On va essayer de trouver une solution à l'intérieur des budgets. Il y a une question d'équité  [envers les autres villes du Québec] », estime-t-il.

Le politicien se demande même s'il était prudent de lancer un projet alors que le financement n'est pas assuré à 100 %.

François Legault se défend d'être en train de lancer la serviette. « Je suis malheureux de ce qui arrive. Je souhaiterais que le gouvernement fédéral revoie sa position. »

Plan rapproché de M. Legault.François Legault est critiqué. Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Priorité au 3e lien?

L'opposition doute toutefois de sa sincérité dans ce dossier. Québec solidaire accuse notamment le gouvernement Legault de cacher ses véritables intentions en matière de transport dans la région de Québec.

Pour la députée de Taschereau, Catherine Dorion, c'est la Coalition avenir Québec (CAQ) qui bloque la réalisation du tramway et non Ottawa. Elle affirme que l'argent pour financer le réseau de transport structurant est disponible dans les différentes enveloppes fédérales.

« L’argent est là. La vraie raison pour laquelle la CAQ bloque le projet, il faut se demander c’est quoi », affirme-t-elle.

Sont-ils en train de s’ingérer dans la prochaine campagne électorale fédérale? Veulent-ils favoriser l’élection des conservateurs qui, clairement, sont pour un troisième lien?

Catherine Dorion, députée de Québec solidaire

L'ancien ministre libéral responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, abonde dans le même sens.

« Si pour le transport structurant, il faut être aussi prudent, demandez-lui pourquoi que pour le troisième lien, il peut aller aussi rapidement, sans l'aide d'Ottawa, sans avoir obtenu une autorisation », lance M. Proulx.

La population de Québec prise en otage?

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, Gaétan Barrette, accuse pour sa part François Legault de prendre la population de Québec en otage en menaçant de modifier le projet de tramway si Ottawa n'augmente pas son financement.

Le premier ministre joue selon lui à un jeu dangereux : tenter de soutirer davantage d'argent au gouvernement Trudeau pourrait plutôt faire dérailler le projet.

« Son pari était d'aller chercher plus qu'il avait dans son budget. Et là, il est en train de perdre son pari. Et ceux qui perdent, ce sont les citoyens de la Capitale-Nationale. C'est de la mauvaise gestion, tout simplement », déplore M. Barrette.

Catherine Dorion brandit une affiche anti-troisième lien qui sera installée sur l'île d'Orléans. L'affiche dit : «NON, pas de 3e lien sur notre île d'Orléans»..Catherine Dorion craint que le gouvernement priorise le troisième lien, un projet contre lequel elle s'oppose farouchement. Photo : Radio-Canada

Normand s’indigne

Le président du Réseau de transport de la capitale (RTC), Rémy Normand, nie de son côté toute discussion avec le gouvernement du Québec pour réduire la taille du projet de tramway.

Il s'indigne plutôt de voir que le projet de la Ville de Québec est utilisé pour « les mauvaises raisons ».

« On essaie de se servir de la Ville de Québec à des fins politiques, peste-t-il. Je le répète : ce sont des grands garçons, des grandes filles. Ils sont capables de trouver des solutions. On a mis plein d'options sur la table au cours des dernières semaines », a rappelé M. Normand

Il n'y a personne au gouvernement qui a demandé au bureau de projet, à la Ville, au RTC de faire quoi que ce soit en termes de réduction du tracé, de la longueur, des investissements, des infrastructures.

Rémy Normand, président du RTC

La mise en service complète du tramway à Québec est prévue pour l’automne 2026.

Transport en commun

Politique