•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une jeune chanteuse de Québec s'illustre en Inde

Photo: Gracieuseté Ariane Roberto
Jean-François Nadeau

Une jeune chanteuse originaire de Québec est en voie de devenir un phénomène en Inde. Ariane Roberto y participe à un concours télévisé semblable à l'émission La Voix. Avant même d'arriver à Chennai, dans le sud-est du pays, elle y était déjà connue.

Le goût d'Ariane pour les langues et sa passion pour la musique tamoule ne datent pas d'hier. Elle écoutait déjà cette musique toute petite, avec ses parents. Cet attrait semble porter ses fruits, puisque la Québécoise de 25 ans participera à la demi-finale du concours, qui sera diffusée vendredi.

Quand elle était étudiante au secondaire, elle a commencé à enregistrer des vidéos dans lesquelles elle interprétait les chansons les plus populaires en tamoul.

« En secondaire quatre ou cinq, à Rochebelle, je m'intéressais aux langues et je me suis mise à googler plein d'affaires, comme la musique pop de la Turquie ou la musique pop de l'Inde. J'ai commencé à avoir plusieurs chansons favorites en tamoul. Je les ai apprises », raconte l'artiste.

« Elle a plusieurs millions de vues sur YouTube, de certains succès de films qu'elle a enregistrés elle-même, soit dans le sous-sol ou dans la salle de bain de notre maison, parce que c'était tout blanc. Elle est arrivée en Inde et on la connaissait déjà. C'est son rêve qui se réalise », affirme son père, Richard Roberto.

Jugée par de grandes vedettes

Ce concours musical évalue les performances de duos de chanteurs. Les trois juges sont de grandes vedettes de la chanson ou de Bollywood.

« Colours Tamil, la chaîne sur laquelle je fais la compétition en ce moment, ils ont vu mes vidéos en tamoul. Ils m'ont contactée pour me demander si je voulais auditionner pour leur compétition, et j'ai été choisie. C'est comme ça que je suis arrivée en Inde », raconte Ariane Roberto, qui a adopté le nom d'artiste Ary.

Ariane Roberto sur scène en IndeAriane Roberto sur scène en Inde Photo : Gracieuseté Ariane Roberto

Pour toute la durée de la saison, elle a été jumelée à un chanteur tamoul, Varshith Radhakrishnan.

« Je ne le connaissais pas, mais on est devenus amis. Il m'aide vraiment avec la prononciation en tamoul et avec la musicalité aussi », indique Ariane.

« On est très fiers d'elle. Elle nous représente bien. Elle est tellement polyvalente. C'est une éponge pour la musique », ajoute son père.

Bien accueillie

La chanteuse québécoise est arrivée toute seule à Chennai, le 4 mars dernier. Elle estime que l'adaptation à son nouvel environnement s'est faite assez facilement.

« Je trouve vraiment que les gens, ici à Chennai, sont plus ouverts. Ils te demandent toujours : "Comment ça va? As-tu mangé?" C'est vraiment une atmosphère chaleureuse. Les gens sont moins stressés de ce qu'on pense d'eux qu'en Amérique », raconte Ariane.

Elle prépare présentement deux chansons en vue de la prochaine émission et mise sur sa différence pour se démarquer.

« Je n'ai pas eu la formation pour ce genre de musique là. C'est vraiment difficile de pouvoir compétitionner contre des gens qui savent chanter le carnatique [musique traditionnelle de l'Inde du Sud, NDLR]. Il faut que je me force à me distinguer des autres avec ma présence sur scène et un peu plus de pop américaine dans mes chansons », explique la jeune femme.

Expérience mémorable

Ses proches suivent la compétition par webdiffusion.

« Au niveau de la polyvalence, c'est la meilleure école pour elle. Qu'elle arrive première, deuxième, troisième ou dixième, dans ma tête, ce n'est pas grave. C'est l'expérience qui est fantastique pour elle », souligne Richard Roberto.

Ariane sera de passage à Toronto en juin. Elle tiendra un rôle dans une comédie musicale qui se déroule à la fois en anglais et en tamoul.

Musique chanson/pop

Arts