•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 milliards de dollars blanchis en Colombie-Britannique en 2018

Le procureur général de la province, David Eby, au podium. La ministre des Finances, Carole James, derrière. À leurs côtés, les auteurs des rapports, Maureen Maloney et Peter German.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a rendu publics deux rapports sur le blanchiment d'argent dans la province.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Adrien Blanc

Un comité d'experts a trouvé que 7,4 milliards de dollars ont été blanchis en Colombie-Britannique en 2018, dont 5 milliards dans le marché de l'immobilier, contribuant à l'augmentation du prix d'achat d'un logement de 5 %.

Des milliers de propriétés en Colombie-Britannique sont à « haut risque » d’être la cible de criminels qui cherchent à recycler leur argent sale, selon Peter German, ancien agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et auteur d’un rapport sur l’ampleur du blanchiment d’argent dans la province.

Peter German montre du doigt des prêteurs qui sont spécialisés dans le prêt immobilier et qui ne sont pas soumis au contrôle anti-blanchiment d’argent, contrairement aux banques.

Il demande que les pouvoirs du Centre d’analyse et de déclaration des opérations financières du Canada (CANAFE) soient étendus pour lui permettre d’enquêter sur les plus gros prêteurs.

L’auteure du second rapport, l’experte en droit pénal Maureen Maloney, s’est intéressée à l’impact du blanchiment d’argent et considère qu’il fausse l’économie en donnant un avantage compétitif à ceux qui ne respectent pas la loi par rapport aux chefs d’entreprise de la province.

Peter German prend l’exemple de l’opacité des transactions financières. Il considère que de nombreuses failles dans la loi permettent des transactions immobilières sans un contrôle suffisant.

Il recommande ainsi que les avocats de la Colombie-Britannique qui participent aux démarches légales signalent les transactions suspectes aux autorités fédérales, comme le font les notaires.

Le procureur général de la Colombie-Britannique, David Eby, s’engage à combler les failles des lois actuelles pour lutter contre le blanchiment d’argent.

Il estime que le recyclage de l’argent sale porte préjudice aux familles qui cherchent à acheter une maison ou qui ont perdu un proche décédé d’une surdose.

Le comité d’experts dirigé par Maureen Maloney recommande une mobilisation au niveau fédéral avec un meilleur échange d’informations entre les provinces et un renforcement des lois contre la délinquance financière.

Le ministre de la Justice a déjà rendu publics, en avril et en mai, certains extraits du rapport de Peter German concernant le nombre d’agents de la GRC affectés à la lutte contre le blanchiment d’argent et à l’achat et à la revente de voitures de luxe pour couvrir la finance criminelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Crime organisé