•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Viande » végétale : l'UPA porte plainte contre les boulettes Beyond Meat

Un emballage de produit Beyond Meat

L'Union des producteurs agricoles et les Producteurs de bovins du Québec veulent faire changer l'étiquetage de ce produit qu'ils considèrent comme erroné.

Photo : Beyond Meat

La Presse canadienne

Il est trompeur de prétendre que les nouvelles boulettes Beyond Meat, en épiceries depuis la semaine dernière, sont de la « viande » végétale, clame l'industrie bovine au Québec.

L'Union des producteurs agricoles (UPA) et les Producteurs de bovins du Québec (PBQ) ont porté plainte à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), la semaine dernière, pour tenter de faire changer l'étiquetage de ce produit qu'ils jugent erroné.

En entrevue à La Presse canadienne, le président des PBQ, Claude Viel, dit qu'il demande à ce que les normes de l'ACIA soient respectées afin d'« éviter que le consommateur soit floué ».

« Ils n'ont pas besoin de parler de viande. Ils ont juste à enlever le mot ''viande''. Vous savez, je n'ai aucun problème à ce que les consommateurs consomment ces boulettes-là. On ne commencera pas à dire aux consommateurs quoi manger. Ce qu'on dit, c'est que si c'est une boulette de viande, c'est de la viande. Si c'est une boulette végétale, c'est végétal », affirme M. Viel.

L'ACIA juge que le terme « viande » est réservé aux parties comestibles d'une carcasse animale.

La Loi sur la salubrité des aliments du Canada, pour sa part, interdit de faire de la publicité « d'une manière fausse, trompeuse ou mensongère ou susceptible de créer une fausse impression » quant à ses valeurs nutritives.

M. Viel croit que les consommateurs pourraient penser que la « viande » végétale a les mêmes valeurs nutritives que le boeuf. « Mais c'est très différent », précise-t-il.

Le consommateur peut penser que c'est l'équivalent, mais ce n'est pas l'équivalent.

Claude Viel, président des Producteurs de bovins du Québec (PBC)

« Moi, chez nous, quand je fais une boulette à hamburger, elle est 100 % viande. Vous comprendrez qu'une boulette [végétale], elle a passé dans l'usine pendant quelques étapes avant de finir par être une boulette acceptable au goût », décrit celui qui est producteur bovin du Bas-Saint-Laurent.

Une nouvelle tendance

De plus en plus de Canadiens ont décidé de réduire leur consommation de viande dans les dernières années pour se tourner vers des sources de protéines plus diversifiées, comme le tofu, les légumineuses et le poisson, pour des raisons environnementales ou des raisons de santé.

Le nouveau Guide alimentaire canadien, dévoilé plus tôt cette année, a d'ailleurs abandonné les portions recommandées de viandes et de leurs substituts.

Il n'est donc pas étonnant de voir l'arrivée de ces produits de similiviande, qui s'inscrit dans cette nouvelle tendance.

Le président des Producteurs de bovins du Québec dit qu'il ne peut « rien y faire » si les consommateurs décident de plus en plus de bouder la viande rouge et de « manger végétal ». Mais il estime que les règles de promotion et de marketing doivent être les mêmes pour tout le monde.

« Qu'ils l'appellent ''protéine végétale'' ou ''boulette de protéines végétales''. On va vivre avec ça et on n'aura pas de problème », précise M. Viel.

Dans une déclaration écrite, Beyond Meat a déclaré qu'elle veillera à ce que « toute communication future » au sujet de ses produits soit conforme aux normes canadiennes.

Au moment de publier, l'entreprise n'avait pas donné plus de détails sur la description de ses boulettes végétales à l'avenir.

Agro-industrie

Alimentation