•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quai Paquet : un complexe hôtelier plus imposant que prévu

Selon le PPU du Vieux-Lévis, le bâtiment à vocation hôtelière doit avoir un maximum de 22 mètres.

Photo : Radio-Canada

Marc-Antoine Lavoie

La dernière mouture du projet de complexe hôtelier dans le secteur de la traverse comprend plus de chambres que prévu et l'ajout de condos locatifs, a fait savoir le maire de Lévis. Gilles Lehouillier a même ouvert la porte à une dérogation aux règles d'urbanisme pour permettre la construction d'un bâtiment de huit étages.

« Il y aura au minimum 100 chambres. On prévoit un bâtiment de 7 à 8 étages », a affirmé M. Lehouillier, lors d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

L’appel de propositions lancé en avril 2018 indique pourtant que le bâtiment doit comprendre au minimum 80 chambres et suites. Il doit aussi respecter le Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Vieux-Lévis. Celui-ci limite à 7 étages, soit 22 mètres, la hauteur du complexe hôtelier.

Le terrain où sera construit le complexe hôtelier est situé entre la falaise et le quai Paquet.

Le terrain où sera construit le complexe hôtelier est situé entre la falaise et le quai Paquet, dans le secteur du Vieux-Lévis.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le dernier étage doit être en retrait de la façade principale et sa superficie ne peut excéder 75 % de l’empreinte au sol du bâtiment.

« Flexibilité »

Or, dans le devis technique de l’appel de propositions, la Ville offrait déjà aux promoteurs la possibilité de déroger au PPU.

« Toute modification réglementaire en ce sens ne pourra autoriser qu’un seul étage additionnel, et ce, uniquement dans le cas où le projet soumis s’avère exceptionnel », a-t-on inscrit dans le devis.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Si en septembre dernier la Ville avait affirmé que le projet retenu respectait les règles d’urbanisme du Vieux-Lévis, le maire dit maintenant qu’il faut faire preuve de « flexibilité ».

« On est dans ces eaux-là. S’il y a une dérogation, elle sera très mineure et elle ne vient pas mettre en cause les fondements du PPU », estime le maire.

Un programme particulier d’urbanisme a une certaine flexibilité en ce qui concerne les hauteurs.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

« Gros travail d’opposition »

Des citoyens du Vieux-Lévis seront toutefois moins flexibles et comptent s’opposer à toute demande de dérogation quant à la hauteur du bâtiment.

Simon Maranda rappelle que les résidents ont déjà effectué des compromis lors de l’élaboration du PPU, déposé en juillet 2017. La hauteur autorisée dans le secteur était auparavant de quatre étages.

« Le PPU parle de six étages et demi et, déjà, il y avait une contestation à ce niveau-là. Si on monte à huit étages, on parle de 8 mètres de plus », s’inquiète le citoyen qui habite la rue Fraser, en haut de la falaise devant laquelle sera construit l’hôtel.

Simon Maranda sur son terrain.

Le terrain de Simon Maranda surplombe le quai Paquet. Il craint que la construction d'un complexe hôtelier limite la vue sur le fleuve dans le secteur.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

M. Maranda prévient qu’il y aura « un gros travail d’opposition à faire avant que le projet passe ».

Ce n’est pas une dérogation légère qu’on veut, c’est une consultation publique. Est-ce que les gens sont d’accord à se faire bloquer la vue? Un point c’est tout.

Simon Maranda, citoyen du Vieux-Lévis

Respect des procédures

Gilles Lehouillier assure que « toutes les procédures réglementaires vont être respectées » et que la priorité de la Ville est que le bâtiment s’inscrive « dans une harmonie parfaite avec le secteur ».

« Il faut que l’implantation soit de qualité. On n’acceptera jamais du 9 à 12 étages. Par contre, si on arrive à quelques choses de mineur il faut le regarder », assure-t-il.

L'ajout de condos locatifs dans l'immeuble pourrait contribuer à la revitalisation du secteur et « ce sera mineur par rapport aux chambres d'hôtel », ajoute le maire.

Retard dans l’échéancier

La construction, qui devait s’entamer en mars, débutera plutôt d’ici le mois de novembre. La Ville justifie ce retard par la complexité de la vente du terrain, qui s’avère plus grande que prévu étant donné un transfert de propriété non planifié au départ et impliquant le ministère des Transports.

Des études ont également dû être effectuées pour assurer la solidité de la falaise. Le nouvel échéancier permettra du même coup aux commerçants du secteur d’éviter un chantier en pleine saison estivale.

Les promeneurs peuvent marcher à travers la fontaine.

Les promeneurs peuvent marcher à travers la fontaine.

Photo : Radio-Canada/Jérémie Legault

Le projet retenu pour développer un complexe hôtelier en face du quai Paquet est celui du promoteur Pierre Gagné. Le président de Construction L.P.G. est notamment derrière la construction de l’hôtel Four Points by Sheraton à Lévis et du Centre des congrès et d’expositions de Lévis.

L'hôtel doit inclure un restaurant panoramique haut de gamme de 75 places, des commerces à vocation touristique au rez-de-chaussée et suffisamment de places de stationnement pour répondre aux besoins du complexe.

Urbanisme

Société