•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa « suit de près » la situation à l’ACFR

Une jeune femme aux cheveux blonds

La ministre fédérale du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly

Photo : Radio-Canada

Marie-Christine Bouillon

Le ministère du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme dit suivre de près la situation à l'Association canadienne-française de Regina (ACFR). Un représentant du ministère a d'ailleurs assisté à l'assemblée générale extraordinaire de l'organisme, samedi à Regina.

Dans un courriel envoyé mercredi à Radio-Canada, il est écrit que le gouvernement du Canada s'attend « à ce que les organismes communautaires qui bénéficient de fonds publics agissent avec la plus grande transparence et fassent preuve d’une rigueur irréprochable ».

« Patrimoine canadien est conscient que l’Association canadienne-française de Regina fait face à certains défis et suit la situation de près », est-il écrit dans le message du ministère.

Il estime que l’ACFR doit trouver des solutions durables afin de remédier à la situation.

Lors d’un entretien téléphonique, le président de l’ACFR, François-Regis Kabahizi, a dit être au fait que Patrimoine canadien surveille cette affaire de près. Il préfère toutefois ne pas commenter la situation pour le moment et souhaite d’abord rencontrer son équipe.

François-Regis Kabahizi en entrevue après l'assemblée générale extraordinaire du samedi 4 mai 2019

Le président de l'ACFR, François-Regis Kabahizi

Photo : Radio-Canada

Financement fédéral

Contacté par téléphone, l’attaché de presse de la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, précise que ni son ministère ni Patrimoine canadien n’a le pouvoir de contraindre un organisme à agir. Jeremy Ghio ajoute que ces ministères ne peuvent pas non plus mettre sous tutelle un organisme qui présente des difficultés.

Le seul pouvoir coercitif de ces ministères réside dans le financement. Les sommes reçues pour l’année en cours ne peuvent être réévaluées, mais celles des années à suivre peuvent être revues à la baisse ou annulées si l’organisme ne fait pas preuve de « bonne gestion ».

Pour l’année 2019-2020, l’ACFR reçoit un financement de 78 000 $ pour ses activités en vertu du Programme d’appui aux langues officielles dans le volet Développement des communautés de langue officielle.

En 2017-2018, le ministère fédéral a réduit de 40 000 $ le financement de l’ACFR qui est passé de 105 000 $ à 65 000 $. À ce moment, l’ACFR avait indiqué que cette baisse pouvait s'expliquer par les surplus accumulés de l’organisme.

Saskatchewan

Associations francophones