•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Don Iveson appelle la communauté d'affaires à la défense d'Edmonton

Le maire Don Iveson livre un discours sur la scène, devant un imposant parterre de gens d'affaires.
Le maire d'Edmonton, Don Iveson, s'est adressé à plus de mille personnalités d'affaires de la province, dans le cadre de son discours annuel sur l'état de la capitale. Photo: Radio-Canada / Sébastien Tanguay
Radio-Canada

Dans un discours sur l'état de la Ville mercredi, le maire d'Edmonton, Don Iveson, avait un message précis pour la communauté d'affaires : faites-vous entendre et mobilisez-vous, pour que la capitale ne soit pas la négligée du gouvernement Kenney pendant les quatre prochaines années.

En effet, l'élection albertaine du 16 avril a vu Edmonton dominée par le Nouveau Parti démocratique (NPD) passer dans l'opposition en raison de la victoire du Parti conservateur uni (PCU).

Seuls deux élus conservateurs représentent la capitale au sein du gouvernement, une situation qui suscite des inquiétudes, de l'aveu du maire Iveson, et qui contraste avec le poids important que la ville avait sous le gouvernement de Rachel Notley quand la première ministre habitait la ville.

Mobilité durable, lutte aux changements climatiques, investissements en santé et en éducation postsecondaire : les politiques que le maire Iveson défend depuis six ans ne figurent pas au sommet de l'agenda conservateur.

Ces positions allaient main dans la main avec les priorités néodémocrates. Maintenant que ces derniers ont mordu la poussière aux dernières élections, le maire craint que la capitale soit la grande oubliée à la législature.

« L'Alberta a deux villes d'importance égale », a-t-il souligné à l'occasion de son allocution annuelle sur l'état de la ville, organisée par la Chambre de commerce.

Comme province, deux approches se présentent à nous. Soit, nous traitons Calgary comme le moteur économique et Edmonton, comme un siège politique négligeable. Soit nous semons la vision entre nos deux villes... ou soit nous misons sur les forces complémentaires de chacune d'entre elles.

Don Iveson, maire d'Edmonton

Don Iveson rappelle que la capitale se retrouve dans une situation déjà vécue dans les années 1990. Edmonton était alors un bastion libéral dans une mer conservatrice - une position qui lui avait nui, alors les coupes dans la fonction publique avaient déchiré son tissu économique.

La donne a changé depuis, selon le maire : la capitale ne peut désormais plus être ignorée.

« Notre économie est beaucoup plus résiliente aujourd'hui et beaucoup moins dépendante sur le secteur public qu'à cette époque, a insisté Don Iveson. Le tiers des emplois de la province se trouve dans la capitale . »

« Aujourd'hui, lorsqu'Edmonton prospère, l'Alberta prospère avec elle », a-t-il maintes fois répété.

Le maire a aussi insisté sur les points communs qui unissent la capitale et le nouveau gouvernement de Jason Kenney, notamment son appui inconditionnel à l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, un « projet vital pour l'économie de la ville et de la province. »

Il a terminé son allocution en lançant un appel aux gens d'affaires réunis dans la salle. « Aidez-nous à défendre les intérêts d'Edmonton. Ce sont les vôtres, faites en sorte que le nouveau gouvernement vous entende. »

Un discours bien reçu

« Le maire a livré un très bon discours, selon Rod Frank, élu à la mairie de Strathcona County. Il sera un excellent défenseur des intérêts de la région. »

À son avis, la capitale et ses environs ont mûri depuis les années 1990, au point où la négliger nuirait à l'ensemble des Albertains. « Le tiers du produit intérieur brut de la province provient d'ici », a-t-il mentionné.

Même son de cloche de la présidente de la Chambre de commerce d'Edmonton, Janet Riopel.

« Vous l'avez senti dans la salle : nous sommes déterminés à ce que la capitale reste compétitive, a-t-elle affirmé aux journalistes. Plusieurs points, dans la plateforme conservatrice, sont parallèles à ce que nous préconisons nous-mêmes. Nous sommes très enthousiastes d'avoir une relation très constructive et positive avec ce gouvernement. »

Alberta

Politique municipale