•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éros D’Astous et sa vie avec un trouble bipolaire

Éros D'Astous pose devant le fleuve Saint-Laurent le regard confiant

Éros D'Astous vit avec un trouble bipolaire et confiant en l'avenir

Photo : Jean-Pierre Perouma

Jean-Pierre Perouma
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Éros D'Astous a 30 ans, il est né à Rimouski et vit avec un trouble bipolaire. Le diagnostic a été posé il y a deux ans. Depuis, il est sous médication. Il parle de son parcours à travers la maladie mentale.

Quand la maladie est survenue en 2017, Éros D’Astous vivait un épisode maniaque. Il est entré à l’hôpital à la suite d'une tentative de suicide. Il souffrait d'une crise d’angoisse aiguë.

Avant de rentrer à l’hôpital, [ce dont] je me souviens, c’est d’avoir vu quatre films d’horreur se dérouler dans ma tête en même temps.

Une citation de : Éros D'Astous

Au fil des images qui passaient dans sa tête se cumulaient les émotions et les peurs. Ce flot d’émotions lui était difficile à comprendre et à endiguer. Durant cet épisode, il voyait des images violentes teintées de sang et de terreur. Il voyait aussi des lumières et Dieu.

À voir des images de même, tu vires fou, c’est le cas de le dire.

Une citation de : Éros D'Astous

Éros a rencontré un médecin psychiatre qui lui a annoncé le diagnostic : trouble bipolaire, trouble de l’humeur et trouble affectif. Il s’est senti soulagé : Je ne me trouvais pas normal à la base; j’étais content de savoir pourquoi, finalement.

Éros a été hospitalisé deux mois lors de son premier séjour, qu’il a vécu plutôt bien. Il se sentait rassuré dans ce milieu protégé, et cela lui a permis d’ajuster sa médication. Avec une pointe d’humour, il porte un regard sur les services offerts à l’hôpital.

C’est sûr que pour le service à la clientèle c’est pas un 5 étoiles, mais t’as les besoins de base, et tu vois un médecin.

Une citation de : Éros D'Astous

Avoir des services en dehors du milieu hospitalier

À sa sortie de l'hôpital, Éros dit avoir été chanceux, puisqu'il a été accueilli à l'Auberge du cœur Le Transit. Chanceux, parce que souvent, lorsqu'elles obtiennent leur congé, les personnes qui souffrent de maladie mentale se retrouvent dépourvues d’hébergement.

Éros évoque également la possibilité d’aller en appartement supervisé par le CLSC. Ce sont des appartements où se retrouvent des personnes ayant besoin de soins en santé mentale. Ils permettent de faire une transition entre l'hôpital et la vie « normale ». Il souhaite d’ailleurs vivement avoir accès à ce type de logement prochainement.

Mais surtout, les personnes comme Éros doivent trouver des ressources qui puissent les aider à poursuivre leur travail de reconstruction. Il raconte qu’à sa sortie, il a été suivi une fois par deux semaines durant un mois. Par la suite, les rencontres se sont espacées à raison d’un rendez-vous par mois, puis par six mois.

Avoir accès à des ressources, à de l’écoute et à de l’aide est important pour Éros. Il poursuit un processus de reconstruction, un chemin parfois sinueux et difficile à emprunter seul. La solitude, dans ce processus, peut conduire à des angoisses difficiles à surmonter.

Les intervenants, notamment les psychologues, sont cruciaux dans le processus de mieux-être. Par conséquent, la difficulté à y accéder ou le temps d'attente peuvent ralentir ou compromettre le processus de reconstruction.

J’ai fait ma demande de suivi il y a deux ans […] tu te sens tout seul. Tu en aurais besoin, mais t’es tout seul.

Une citation de : Éros D'Astous

Dans l’idéal, Éros souhaiterait un suivi plus rapproché avec son psychiatre.

Moi, j’aurais gardé ça aux deux semaines plus longtemps.

Une citation de : Éros D'Astous

Le lien social comme thérapie

Du point de vue d'Éros, rencontrer des gens et échanger avec eux constitue une thérapie. Les discussions permettent de sortir de la maladie.

Éros D'Astous vu de dos le regard porté vers l'horizon

Éros D'Astous, le regard tourné vers l'avenir

Photo : Jean-Pierre Perouma

Le rôle de ces personnes n’est pas de se substituer aux psychologues et aux psychiatres, mais d’apporter un soutien. Multiplier les échanges et les rencontres constitue pour Éros une opportunité supplémentaire d'apprivoiser ses émotions. Une étape permettant de faire grandir l’estime de soi et d'avancer avec plus d’assurance dans la vie. Mais pour cela, il faut que le public puisse démystifier la santé mentale et les peurs qui lui sont associées.

Tu ne peux pas arrêter d’avoir peur d’une affaire si tu ne vas pas vers cette affaire-là.

Une citation de : Éros D'Astous

Alors Éros engage tout le monde à aller vers l’autre.

Arrêtez de fuir les gens. Finalement, ça nuit à tout le monde!

Une citation de : Éros D'Astous

Pour Éros, quand on souffre de problèmes de santé mentale, la parole est libératrice. Être traité comme tout le monde permet d’apprendre encore plus à gérer ses émotions. Éros formule le souhait de pouvoir poursuivre ses études en soutien informatique, puis de trouver un emploi en service à la clientèle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !