•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près d'un million $ pour les consultations en éducation

La ministre de l'Éducation Lisa Thompson.

La ministre de l'Éducation Lisa Thompson assure que les consultations de l'automne ont permis de recueillir des données très utiles pour transformer le système d'éducation ontarien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les consultations « historiques » qu'a lancées le gouvernement Ford à l'automne avant d'entreprendre sa réforme de l'éducation ont coûté près d'un million de dollars aux contribuables ontariens. Le montant de la facture a suscité les critiques de l'opposition à Queen's Park, qui suspecte encore le gouvernement de n'avoir pas tenu compte des résultats et de n'avoir fait qu'à sa tête.

Le coût des consultations s'est élevé à 973 000 $, selon la réponse écrite de la ministre de l'Éducation Lisa Thompson à une question de la députée néo-démocrate Marit Stiles. La facture finale comprend le montant déboursé pour la création d'un questionnaire en ligne, pour l'organisation des 37 assemblées publiques ainsi que pour le service de traduction.

Le gouvernement a retenu les services de la firme de relations publiques Enterprise Canada pour gérer une partie des consultations. La ministre Thompson a cependant indiqué mercredi que ce sont des fonctionnaires provinciaux qui étaient chargés de l'analyse des données. Nous avions l'aide d'une entreprise externe, afin d'avoir une approche non biaisée. Les analyses ont cependant été effectuées de manière très efficace à l'interne, a-t-elle expliqué.

Notre système d'éducation sera bientôt renforcé. C'est le retour sur notre investissement.

Lisa Thompson, ministre de l'Éducation.

Selon le gouvernement, plus de 72 000 personnes, dont des étudiants, des associations et des professionnels du milieu de l'éducation, ont répondu à l'invitation du gouvernement pour parler d'éducation. Les Ontariens avaient le choix de remplir un questionnaire en ligne, de participer à des assemblées publiques au téléphone ou encore de soumettre une proposition écrite. Les données que nous avons extraites au cours de cet exercice sont très précieuses. Elles vont guider nos politiques en éducation pour les années à venir, a ajouté la ministre, se vantant de faire partie du gouvernement le plus à l'écoute de la population.

Les doutes de l'opposition

Chez les néo-démocrates, on s'explique mal comment le gouvernement a pu dépenser autant, alors qu'il prône la rigueur budgétaire depuis des mois. Le premier ministre peut-il expliquer comment son gouvernement a réussi à dépenser près d'un million de dollars pour de prétendues consultations qu'on a ignorées, a lancé en chambre la porte-parole de l'opposition en matière d'éducation, Marit Stiles.

La députée Marit Stiles.

Lors de la période des questions mercredi, la députée néo-démocrate Marit Stiles a questionné le premier ministre sur le coût des consultations en éducation.

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

L'opposition se demande aussi si les données recueillies ont réellement influencé la réforme des conservateurs. Ils mettent en doute les intentions du gouvernement avec la tenue de leurs consultations. Combien de répondants ont demandé d'avoir plus d'enfants entassés dans des classes? Combien ont demandé une diminution de l'offre de cours pour leurs enfants, a demandé Marit Stiles lors de la période de questions, mercredi.

Une analyse des commentaires laissés en ligne lors du premier jour des consultations avait révélé que l'écrasante majorité des gens s'est opposée à l'abrogation du programme modernisé d'éducation sexuelle.

Politique provinciale

Politique