•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une école en zone inondée? Sainte-Marthe-sur-le-Lac a des projets en milieux humides

Le reportage de Julie Marceau
Thomas Gerbet

La Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac prévoit détruire des milieux humides dans un boisé de la zone récemment inondée pour permettre la construction d'une école, révèlent des documents obtenus par Radio-Canada. Nous avons aussi découvert qu'un promoteur immobilier, soutenu par la municipalité, souhaite supprimer un autre boisé et un milieu humide, en bordure de la zone inondée.

Que ce soient des étangs, des tourbières ou des marécages, les milieux humides agissent comme des éponges, en absorbant l'eau et en permettant de limiter l'impact des inondations. Il en reste peu à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, où des inondations historiques ont laissé d'énormes dégâts au cours des dernières semaines.

Malgré la catastrophe du 27 avril, qui a forcé l'évacuation de plus de 6000 personnes, la mairesse Sonia Paulus persiste à défendre le projet d'une nouvelle école. Le bâtiment serait construit sur un terrain de 15 000 mètres carrés situé dans un boisé de la zone inondée, entre la 20e et la 22e avenue. « C'est le seul terrain disponible », explique-t-elle.

Je ne vois pas de problème à mettre une école primaire là, en autant que la digue est rehaussée.

Sonia Paulus, mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

La cartographie des milieux humides du ministère de l'Environnement démontre que la construction de l'école écraserait une partie d'un vaste marécage.

Déjà, l'an dernier, la Ville a inauguré une nouvelle bibliothèque et un nouveau stationnement, ce dernier construit directement sur le milieu humide. Ce stationnement a d'ailleurs été complètement inondé dans les derniers jours.

Pour ce projet, le ministère de l'Environnement a approuvé la destruction d'une tourbière de 1053 mètres carrés et d'une partie du boisé mature de feuillus. Dans le rapport d'analyse daté du 26 juillet 2017, on constate la présence d'« un fossé où ruissellent les eaux de pluie des secteurs résidentiels ». Toutes les résidences autour du boisé ont été inondées.

Québec a donné le feu vert au projet en jugeant qu'il était « impossible d’éviter le milieu humide, car il s’agit du seul terrain appartenant à la Ville et zoné communautaire possédant la superficie requise pour les installations prévues ».

Le nouveau stationnement de la bibliothèque, où se situait un milieu humide il y a quelques années, a été inondé.Le nouveau stationnement de la bibliothèque, où se situait un milieu humide il y a quelques années, a été inondé. Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Un besoin criant d'école

« C'est la commission scolaire qui voulait un terrain au sud du chemin d'Oka », explique la mairesse Paulus. Des enfants du sud de la Ville doivent se rendre dans la municipalité voisine de Deux-Montagnes pour être scolarisés.

La croissance de la population est importante. Sainte-Marthe-sur-le-Lac est passée de 8300 habitants en 1995 à 18 000 en 2016.

La Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) reconnaît qu'avec la récente inondation, le choix de la localisation de l'école devra être discuté, même si la Ville s'est engagée, en mars 2018, à lui céder le terrain.

« Les scénarios seront réévalués en collaboration avec la municipalité, au moment opportun, lorsque le ministère [de l'Éducation] donnera son aval à une nouvelle construction », dit la porte-parole de la CSSMI, Mélanie Poirier.

Lundi, le premier ministre François Legault a annoncé le déménagement d'une école de Scott, en Beauce, située en zone inondable et régulièrement inondée.

Une zone de conservation cédée à un organisme présidé par la mairesse

Quand le ministère de l'Environnement a autorisé la construction de la bibliothèque et du stationnement sur un milieu humide, le gouvernement a exigé une compensation. Une zone de conservation de 8300 mètres carrés a été établie dans le reste du boisé.

Québec a demandé que ce terrain protégé soit cédé à un organisme tiers pour ne pas que la Ville en reste propriétaire, afin d'empêcher toute destruction future.

Elle est dans une rue de sa municipalité.La mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Or, nous avons découvert, dans un acte notarié signé le 28 juin 2017, que la Ville, représentée par Mme Paulus, a cédé le terrain au Comité d'action et de protection de la sablière de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, qui a son siège social à la même adresse que l'hôtel de ville et dont la présidente est Sonia Paulus.

Ce tiers est-il vraiment indépendant? « Je peux vous dire que je n'y toucherai pas, nous a promis la mairesse, c'est une question d'éthique. »

Des milieux naturels en voie de disparition

Selon les données du ministère de l'Environnement, Sainte-Marthe-sur-le-Lac est passée de 16 % de milieux naturels, en 1999, à 8 % en 2009. C'est bien en dessous du seuil critique de 30 % énoncé dans les lignes directrices d’Environnement Canada pour assurer le maintien de la biodiversité.

Et les pertes ne sont pas terminées, puisqu'un projet immobilier prévoit détruire un boisé situé en plein centre-ville, dont un milieu humide.

Le 28 mars 2019, le promoteur Groupe L’Héritage (GBD), propriétaire du terrain, a fait une demande d’autorisation au ministère de l’Environnement pour remblayer un milieu humide dans le boisé situé au coin nord-est du chemin d’Oka et du boulevard des Promenades.

La demande n’a pas encore été acceptée et le ministère n'a pas répondu à nos questions.

C'est notre centre-ville. Il faut quand même développer un centre-ville pour une municipalité.

Sonia Paulus, mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac
C'est l'entreprise GBD Construction, aussi appelée Groupe L'Héritage, qui développement le quartier résidentiel.C'est l'entreprise GBD Construction, aussi appelée Groupe L'Héritage, qui développera le quartier résidentiel. Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

La mairesse affirme que son service d'urbanisme ignorait la présence d'un milieu humide à cet endroit. Quant au boisé, elle déclare : « Je ne crois pas que ce soit des arbres matures, ce sont vraiment des petits. Je ne crois pas que c'est une forêt urbaine, pas du tout. »

Le projet prévoit une vingtaine d'immeubles à condos. La Ville a échangé des lots avec le promoteur pour permettre la construction d'un centre aquatique.

La piscine a été promise pour la fin 2019. Ironiquement, la municipalité prévoyait initialement bâtir cette piscine dans la zone inondée, là où est projetée l'école.

Le vice-président finances et opérations de GBD, Alain Tremblay, affirme que le projet « n'est pas encore défini ».

Une pancarte de l'entreprise trône déjà devant le terrain. Par ailleurs, le 17 septembre 2018, une résolution du conseil municipal prévoyait un développement résidentiel « à court terme ».

Des sinistrés veulent sauver les derniers milieux humides

Sylvie Clermont, sinistrée de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, engagée pour défendre les derniers boisés du centre-ville.Sylvie Clermont, sinistrée de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, engagée pour défendre les derniers boisés du centre-ville. Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

« Quand l'eau a monté, quand on a été obligés de quitter nos maisons en 10-15 minutes, je me suis dit que je me battrais très fort pour sauver les boisés et les milieux humides de Sainte-Marthe-sur-le-Lac », raconte Sylvie Clermont, une horticultrice résidant sur la 20e avenue inondée.

La citoyenne compte créer un comité de citoyens pour s'opposer aux deux projets.

Une forêt urbaine et un milieu humide, ce sont des alliés. Il faut faire équipe avec eux et ne pas les détruire.

Sylvie Clermont, sinistrée, résidente de la 20e avenue

Des expertes se prononcent

La mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac estime que la zone inondée ne doit pas être considérée comme une zone inondable tant qu'il y a une digue. Mais plusieurs experts doutent de cette interprétation.

Carte de zone inondable de Sainte-Marthe-sur-le-Lac de 1977, produite par le gouvernement fédéral avant la construction de la digue.Carte de zone inondable de Sainte-Marthe-sur-le-Lac de 1977, produite par le gouvernement fédéral avant la construction de la digue. Des crues étaient survenues en 1974 et 1976. Photo : Courtoisie

« Les digues ne font que rendre des zones inondables artificiellement non inondables », dit Stéphanie Pellerin, professeure associée au Département de sciences biologiques de l'Université de Montréal.

« Comme aucune digue n'est indestructible – vous n'avez qu'à penser à la Louisiane ou aux Pays-Bas –, les secteurs protégés par des digues ne devraient pas être entièrement exclus des cartographies des zones inondables », ajoute-t-elle.

Selon moi, la nature a simplement repris ses droits.

Stéphanie Pellerin, chercheuse au Jardin botanique de Montréal

« D'un point de vue hydrologique et écologique, c'est une très mauvaise idée d'enlever des milieux humides dans un contexte où il y en a déjà très peu », affirme de son côté l'hydrogéomorphologue Pascale Biron, professeure à l'Université Concordia.

Les cartes de zones inondables sont en train d'être révisées et devraient être publiées fin 2020 ou début 2021.

La professeure Biron pense que le Québec devrait s'inspirer de la France et considérer les digues comme des « structures transparentes », c'est-à-dire de ne pas tenir compte de leur existence.

Il y a un faux sentiment de sécurité en arrière des digues.

Pascale Biron, hydrogéomorphologue, Université Concordia

Pascale Biron estime que des municipalités « manquent de responsabilités » et que ce devrait être au gouvernement de « serrer la vis ».

Protection des écosystèmes

Environnement