•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Utiliser des tableaux de visualisation pour améliorer sa santé mentale

Une femme fait du bricolage.
Découper, coller, créer et prendre un temps d'arrêt. C'est l'exercice proposé par le comité de la Semaine témiscamienne en santé mentale. Photo: Radio-Canada / Tanya Neveu
Tanya Neveu

Se projeter dans le futur, c'est ce que propose la Semaine de la santé mentale au Témiscamingue. Plus de 50 personnes vont prendre un temps d'arrêt cette semaine afin de créer un tableau de visualisation.

Découper, coller, créer et prendre un temps d'arrêt. C'est l'exercice proposé par le comité de la Semaine témiscamienne en santé mentale.

L'intervenante communautaire en santé mentale au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Christine Meunier, croit que l'exercice est bénéfique pour l'esprit.

Le rythme de vie trépidant qu'on a actuellement ne nous permet pas de nous arrêter et de reprendre d'où j'en suis dans ma vie. Qu'est-ce que je désire réaliser, quels sont mes rêves, mes aspirations, mes désirs, dit-elle.

Un exercice de visualisation accessible à tous

Un dépliant de création a été conçu pour l'activité. Il est entre autres disponible sur la page Facebook de la Semaine témiscamienne en santé mentale.

Christine Meunier souhaite que plusieurs personnes s'arrêtent pour vivre cette expérience, même à la maison.

Ce qu'on observe, c'est la popularité de cet outil-là parce que ça fait appel à la créativité et parce que c'est moins rationnel et cérébral. C'est très instinctif, conclut-elle.

Un groupe de femmes participent à un atelier de bricolage.La Semaine de la santé mentale est soulignée de façons différentes depuis plus de 25ans au Témiscamingue, comme partout au Québec. Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Mardi, une douzaine de personnes ont participé à la création d'un tableau de visualisation à Ville-Marie, dont Lucie Vachon, du groupe d'éducation populaire de Ville-Marie.

Ça aide à se recentrer sur soi, ce qu'on a à changer, à améliorer. Avoir des projets, confie-t-elle.

À 89 ans, Gilberte Trudel met plutôt l'accent sur les belles choses qu'elle a vécues au cours de sa vie.

Mes rêves sont quasiment réalisés. Mais là, c'est de vivre en paix avec la santé, le plus longtemps possible, ajoute la dame qui célèbre son 89e anniversaire.

La Semaine de la santé mentale est soulignée de façons différentes depuis plus de 25 ans au Témiscamingue, comme partout au Québec.

Abitibi–Témiscamingue

Santé mentale