•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'appel de Gilles Kègle pour enterrer ses morts est entendu

Gilles Kègle pose devant la maison qui porte son nom, sur la rue Dupont, dans le quartier Saint-Roch, à Québec.

L’appel à l’aide de Gilles Kègle a été entendu.

Photo : Radio-Canada / Nahila Bendali

Jean-François Nadeau

La ministre de la Santé, Danielle McCann, assure que son gouvernement va venir en aide à l'infirmier de la rue Gilles Kègle afin qu'il puisse continuer à offrir des funérailles aux personnes seules ou abandonnées par leurs proches.

Les besoins sont devenus si importants que la Fondation Gilles Kègle n'a plus les moyens d'offrir à la fois des soins à domicile et des funérailles.

« Je ne voudrais pas que ça nuise à ce qu'on fait déjà auprès des pauvres, où on soigne et on nourrit des gens. Je voudrais bien continuer parce qu'avant que je prenne ça en main, les gens, on les envoyait comme des chiens dans des fosses communes », affirme Gilles Kègle.

Habituellement, l’organisation de funérailles coûte environ 80 000 $ par année à la Fondation. Gilles Kègle affirme que les coûts pourraient être au moins deux fois plus importants cette année, parce qu'il a de plus en plus de corps non réclamés à faire inhumer.

« Avec le vieillissement, c'est de pire en pire. Habituellement, c'est à peu près une trentaine par année. Mais là, ce n'est plus ça. Juste en six mois, c'est 43. Est-ce qu'on va dépasser le 150 au bout de l'année? C'est la Fondation qui doit débourser », souligne-t-il.

Pour les personnes qui ont déjà travaillé, la Fondation peut récupérer 2500 $ de la Régie des rentes, mais elles représentent moins du quart des cas.

C'est inquiétant. Est-ce que je dois donner tout ce que je reçois : mon salaire, ma pension de vieillesse? J'en suis rendu là, à me demander si je donne tout ce que j'ai.

Gilles Kègle

Engagement

La ministre de la Santé s'est engagée, lors de la période des questions à l'Assemblée nationale, à soutenir la Fondation.

« Nous devons certainement apporter notre support à M. Kègle. Comme gouvernement, c'est une priorité pour nous d'aider des gens qui se dévouent pour une population qui est parmi les plus vulnérables au Québec », a affirmé Danielle McCann.

En milieu d'avant-midi, quelques heures après la sortie de Gilles Kègle dans les médias, la Fondation avait reçu environ 12 000 $ en dons.

L'infirmier a déjà reçu l'aide de Lépine-Cloutier dans le passé. L'entreprise funéraire a donné un lot qui lui permet d'enterrer jusqu'à 1000 corps au complexe funéraire La Souvenance. Il y a déjà 500 personnes qui y reposent.

Gilles Kègle estime qu'il aurait besoin d'environ 100 000 $ pour continuer d'honorer dignement les personnes décédées dans la solitude.

Des funérailles auront d'ailleurs lieu vendredi à l'église Saint-Roch pour 42 de ces personnes.

Québec

Pauvreté