•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Germaine Lehodey reconnue pour une vie consacrée aux aînés

Trois femmes aînées posent avec le prix remis à Germaine Lehodey.

Germaine Lehodey (au centre) a reçu le prix national du leadership remis par Elizabeth Allard (à droite), présidente de la FAAFC, et Linda Groth (à gauche), présidente de la FAFA.

Photo :  Facebook

Radio-Canada

La Franco-Albertaine Germaine Lehodey a reçu, lundi, le Prix national du leadership de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) pour avoir consacré sa vie à améliorer le bien-être des personnes âgées.

C’est avec « beaucoup d’émotion » que Germaine Lehodey a accepté ce prix lors d’une cérémonie organisée au Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, à Edmonton.

Le Prix national du leadership de la FAAFC vient souligner sa « contribution exceptionnelle à l’avancement de la cause des aînés et des retraités francophones ».

« J’aime beaucoup les aider [...] à se soutenir eux-mêmes, à être indépendants, a témoigné Germaine Lehodey à l'émission La croisée. Il y a beaucoup de choses à faire [pour cela] même si c’est juste une petite affaire. »

Une « petite affaire » qui peut commencer par le fait de ne pas considérer les aînés comme des rebuts de la société.

« Moi, je dis : les hommes et les femmes plus vieux ont tellement à offrir, tellement de talents », revendique celle qui s’est impliquée auprès d’eux, d’abord comme travailleuse sociale, lorsqu'elle a créé des ateliers contre la violence envers les aînés, ensuite au sein d’associations après avoir atteint l’âge d’or, en présidant notamment la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) de 2007 à 2010.

Chasser l’ennui

Le credo de Mme Lehodey? « Quand on vieillit, il faut rester actif. » Un principe qu’elle tente de transmettre à ses pairs, dont « beaucoup s’ennuient dans les manoirs ou dans les centres ».

« Aujourd’hui, j’ai fait un défilé de mode », lance-t-elle pour illustrer sa philosophie de vie. « Ça me donne beaucoup de plaisir [...] et ça montre que tu peux être belle même quand t’es vieille. »

Intronisée à l’Ordre des sages de la francophonie albertaine en 2018, Mme Lehodey aimerait voir des centres en français pour les aînés pousser dans la province.

« Ce serait bien pour garder notre culture », affirme la lauréate, qui a aussi été décorée pour avoir contribué à bâtir une communauté plus inclusive dans la francophonie provinciale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Engagement communautaire