•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre de biométhanisation force l’annulation du Triathlon de la baie de Beauport

Des athlètes nagent dans le fleuve Saint-Laurent.

Trois cents athlètes ont participé au premier triathlon de la baie de Beauport, l'an dernier.

Photo : Radio-Canada

Guillaume Piedboeuf

Les organisateurs du Triathlon dans la baie de Beauport sont forcés d'annuler l'édition 2019 de l'événement même si les inscriptions avaient déjà commencé. De nombreux chantiers, dont celui du nouveau centre de biométhanisation de Québec, seront en cours dans le secteur, début septembre, rendant impossible tout parcours de vélo.

Événement du circuit provincial de Triathlon Québec, le Triathlon dont une partie se déroule dans la baie de Beauport avait attiré à sa première édition quelque 300 participants, en septembre dernier. Les deux organisatrices, Caroline St-Pierre et Geneviève Laroche, du Club de triathlon de l’Université Laval, travaillaient depuis des mois sur la deuxième édition, prévue pour le 1er septembre.

Un récent coup de fil du Bureau des grands événements de la Ville de Québec est toutefois venu contrecarrer leurs plans.

« Ce qu’on nous a appris, la semaine passée, c’est qu’il y aura trois gros chantiers de construction en cours autour de la baie de Beauport au moment de l’événement », dit Caroline St-Pierre.

C’est principalement le futur chantier du centre de biométhanisation de Québec, sur le site de la station d’épuration des eaux usées de la baie de Beauport, qui pose problème.

Déjà l’an dernier, l’organisation avait eu de la difficulté à tracer un parcours cycliste de 40 kilomètres adéquat pour les triathloniens sautant sur leur vélo à leur sortie de l’eau. Pas le choix d’emprunter le boulevard Henri-Bourassa et de rouler vers l’autoroute Dufferin-Montmorency pour quitter le site de la baie de Beauport, après quoi les participants bifurquaient vers l’avenue d’Estimauville.

État de la chaussée problématique

Or, même si les travaux du centre de biométhanisation étaient suspendus le 1er septembre, pour éviter la circulation de véhicules lourds, l’état de la chaussée rendra une course cycliste impossible.

« Il va y avoir tellement de camions qui vont circuler tout l’été que ça va détruire la chaussée et la Ville nous a carrément dit qu’ils ne pouvaient réparer la chaussée pour notre événement. Déjà que la chaussée n’était pas très belle pour les cyclistes sur le boulevard Henri-Bourassa, ça va être encore bien pire », souligne Mme St-Pierre.

Ajoutez à cela un autre chantier à la station d’épuration des eaux usées de la baie de Beauport, puis un sur l’avenue d’Estimauville, et le tout devenait impossible.

« On ne travaille pas là dessus à temps plein, mais l’organisation d’un événement comme ça, c’est quand même un travail à l’année, explique Caroline St-Pierre, déçue que tout ce travail ait été fait en vain.

L’an dernier, on avait gagné le prix de l’événement régional de l’année auprès de notre fédération. On devait lancer une Coupe universitaire cette année. C’est sûr que c’est décevant.

Caroline St-Pierre, organisatrice du Triathlon de Québec dans la baie de Beauport

Moyen de financement important

D’autant plus que l’événement était le principal moyen de financement du Club de triathlon de l’Université Laval. « Au moins, il n’y avait pas encore beaucoup d’inscriptions comme l’événement était encore dans plus de trois mois. Il n’y a pas trop de remboursements à faire. »

Malgré la déception, Caroline St-Pierre demeure convaincue du potentiel de la baie de Beauport pour ce genre d’événement lorsque les chantiers seront terminés. Surtout que Gestev, le gestionnaire de l’endroit, s’était associé sans hésiter à l’organisation du triathlon, y voyant une belle façon de faire la promotion de la baignade dans la baie.

« Comme nous, ils sont vraiment déçus. Avec le momentum de l’an dernier, on avait l’intention de frapper vraiment plus fort cette année. Mais si on essaye de voir le bon côté des choses, ça va nous donner du temps pour essayer de trouver de plus gros commanditaires et revenir avec un événement encore plus gros l’année prochaine. »

Triathlon

Sports