•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario a éliminé 44 postes en télémédecine

Une consultation médicale par vidéo
Une consultation médicale par vidéo Photo: CBC
Philippe de Montigny

Le réseau Télémédecine Ontario, qui offre des soins aux patients par vidéoconférence, confirme avoir perdu 44 employés au début du mois, dans le cadre de la réorganisation du système de santé.

La directrice des communications Gabriella Skubincan affirme que le réseau réorganise ses services afin qu’ils s’alignent sur la transformation prévue par le gouvernement de Doug Ford.

Son équipe comptait 265 employés avant l'élimination de postes.

Malheureusement, ces changements importants nécessitent aussi des réductions de personnel, qui ont eu lieu mercredi dernier, précise-t-elle par courriel.

Le réseau Télémédecine Ontario espère lui aussi offrir des services mieux connectés pour relier les patients à des médecins et des spécialistes, que ce soit dans le confort de leur domicile, dans un foyer de soins de longue durée ou dans une clinique communautaire avec l’aide d’une infirmière sur place.

L’an dernier, le réseau a tenu plus de 896 000 consultations virtuelles avec des patients, ce qui leur a évité en tout 270 millions de kilomètres en déplacements, tout en désengorgeant les hôpitaux de la province, selon son rapport annuel.

Une salle de télémédecine avec un écran, un ordinateur et une caméra.Le Centre de santé communautaire de Sudbury-Est coordonne des rendez-vous en télémédecine. Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Un coup dur pour les communautés rurales et le Nord

La députée néo-démocrate France Gélinas estime que les 44 postes éliminés feront particulièrement mal aux communautés éloignées, ainsi qu’aux réserves autochtones, qui peinent déjà à recruter et à retenir des spécialistes de la santé.

Ce sont les gens qui demeurent en milieu rural et dans le nord de l’Ontario qui vont se trouver avec encore plus de barrières à l’accès à des services de santé que beaucoup d’autres personnes tiennent pour acquis.

France Gélinas, porte-parole néo-démocrate en matière de Santé

Elle affirme que de nombreux résidents de sa circonscription, Nickel Belt, dépendent des services du réseau Télémédecine Ontario et s’en servent pratiquement tous les jours.

La députée de Nickel-Belt en entrevue à Radio-Canada.La députée néo-démocrate France Gélinas Photo : Radio-Canada

Dans une déclaration envoyée par courriel, la ministre de la Santé, Christine Elliott, n’a pas spécifiquement commenté les postes éliminés. Utiliser davantage de solutions numériques est une partie intégrante de notre stratégie, écrit-elle.

Nous continuerons de travailler avec le réseau Télémédecine Ontario durant la mise en oeuvre de notre stratégie à long terme pour moderniser notre système de santé public, affirme la ministre.

Ni le réseau ni le ministère n’a précisé la nature des postes éliminés.

Une salle de rencontre munie d'un écran et d'une caméra pour des rencontres de télémédecine.Les patients orphelins auront notamment accès au service de consultation à distance offert par le Centre régional de santé mentale et toxicomanie. Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Soins et traitements

Santé