•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux médecins attendus dans l'Est

Un médecin  marche dans un corridor d'hôpital

Jusqu'à 54 étudiants pourront fréquenter le pavillon rimouskois.

Photo : Radio-Canada

Jean-Louis Bordeleau

Les premiers étudiants sont attendus en 2022. Il est prévu que ces étudiants complètent leurs deux années d'externat à plusieurs endroits au Bas-Saint-Laurent, sur la Côte-Nord et en Gaspésie.

Par contre, le CISSS du Bas-Saint-Laurent n'a pas précisé quels milieux accueilleront ces futurs médecins.

Le CISSS de la Côte-Nord se dit persuadé que le nouveau pavillon attirera des médecins dans la région. Dans une déclaration écrite, son porte-parole espère recevoir de futurs externes. D'ailleurs, des externes de l'Université Laval travailleront dès septembre 2019 à Baie-Comeau.

En Gaspésie aussi, la nouvelle satisfait les acteurs de la santé.

La pratique en milieu rural peut être différente de celle des grands centres, souligne par déclaration écrite le directeur des services professionnels du CISSS de la Gaspésie, Jean-François Lefèbvre.

L’expérience des unités de médecines familiales (UMF) en région nous démontre toute l’importance de la formation régionale en matière de rétention. Cette nouvelle offre favorisera assurément l’intérêt de la relève envers la pratique dans notre région.

Le campus de médecine serait situé dans le prolongement de l'Aile D de l’hôpital de Rimouski, derrière l'Hôtellerie Omer-Brazeau.

Le campus de médecine serait situé dans le prolongement de l'Aile D de l’hôpital de Rimouski, derrière l'Hôtellerie Omer-Brazeau.

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

La formation des futurs médecins bénéficiera aussi de cette décentralisation, croit également la porte-parole du comité « Mes soins restent ici », Marie-Ève Fromentin.

Au niveau de la médecine familiale, l'exposition va être vraiment très enrichissante pour eux, dit-elle. Au niveau des spécialités, en plus petits centres, par exemple en chirurgie, nos chirurgiens font des césariennes, ce qui n'est pas le cas en grand centre. Je pense que la formation serait gagnante pour eux.

Marie-Ève Fromentin, porte-parole du comité citoyen « Mes Soins restent ici »

Marie-Ève Fromentin, porte-parole du comité citoyen « Mes Soins restent ici »

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Les plus petits centres ont autre chose à leur apprendre.

Marie-Ève Fromentin, porte-parole du comité citoyen « Mes soins restent ici »

Marie-Ève Fromentin précise que le Kamouraska reçoit déjà des externes de Québec. L'équipe doit se prononcer la semaine prochaine à savoir si elle souhaite également recevoir ceux qui seront formés à Rimouski.

Soutien politique

Tout en appuyant le projet, le député Pascal Bérubé souhaite que le projet se déploie aussi dans la Mitis, la Matanie et la Matapédia.

Si on emmène cette formation à Rimouski, il ne faut pas que ça profite seulement à Rimouski. Il faut que ça profite à l'Est du territoire où on a des besoins de recrutement en médecins. Je suis convaincu qu'on est capables d'y arriver.

Avec les informations d'Ariane Perron-Langlois

Côte-Nord

Établissement de santé