•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les barrages hydroélectriques ne permettent pas d’éviter les inondations

Un barrage hydroélectrique d'Ontario Power Generation.
Le barrage hydroélectrique Otto Holden, sur la rivière des Outaouais, au nord de Mattawa. Photo: Ontario Power Generation
Francis Bouchard

Les barrages hydroélectriques ont peu d'influence sur les inondations printanières, contrairement à une croyance populaire.

Lundi soir, le maire de Mattawa, Dean Backer, a déclaré l’état d’urgence pour sa ville après avoir été avisé que le barrage Otto Holden, sur la rivière des Outaouais, a dû être ouvert pour laisser s’échapper une importante quantité d’eau.

L’ingénieure en chef du Secrétariat pour la régularisation de la rivière des Outaouais, Manon Lalonde, souligne que les gestionnaires de barrages hydroélectriques comme Ontario Power Generation n’ont pas le choix d’ouvrir les vannes quand le débit d’eau de la rivière augmente.

Le barrage hydroélectrique n’est pas un ouvrage qui peut retenir l’eau, ce n’est pas un grand réservoir, il doit laisser passer l’eau.

Manon Lalonde, Secrétariat pour la régularisation de la rivière des Outaouais

Dans le cas contraire, l’eau s’accumulerait et finirait par passer par-dessus le barrage, ce qui mettrait sa structure en péril.

La hausse des débits d’eau de la rivière des Outaouais et les inondations sont le résultat de l’augmentation de la quantité d’eau qui s’échappe des réservoirs du bassin versant.

Il s’agit de lacs situés en Abitibi-Témiscamingue, qui se sont remplis en raison de la fonte des neiges et des pluies.

Une promenade en bois près d'un lac est barrée par une barrière indiquant «fermé».Le lac Témiscamingue est un des lacs dont le niveau est particulièrement élevé. Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Vendredi dernier, le comité de régularisation avait prévu que les débits et les niveaux d’eau de la rivière des Outaouais entre Mattawa et le lac Coulonge pourraient même dépasser les niveaux de pointe atteints le mois dernier.

Selon Mme Lalonde, l’augmentation du débit de la rivière des Outaouais devrait aussi toucher Pembroke, plus à l’est.

Par contre, le comité de régularisation ne prévoit pas de nouvelles pointes de niveau d’eau dans la région d’Ottawa.

Bien que la situation des inondations soit sévère ce printemps, les experts s’entendent pour dire que la gestion des réservoirs d’eau permet d’amoindrir les impacts des inondations.

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement