•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville et la province doivent discuter d'itinérance, croit une conseillère municipale

Une femme devant un campement.
Le manque de solutions à la crise de la méthamphétamine, le manque de logements abordables et les ressources limitées pour les problèmes de santé mentale dans la province ont exacerbé le problème, affirme la conseillère municipale Sherri Rollins. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La conseillère municipale de Fort Rouge-East Fort Garry, Sherri Rollins, croit que la Ville et la province doivent impérativement discuter afin de régler le problème d'itinérance à Winnipeg.

Selon elle, davantage de sans-abri seront dans les rues au cours des prochains mois. Elle en vient à cette conclusion après avoir constaté une augmentation du nombre de personnes ayant accès aux services sociaux et aux refuges durant l'hiver.

« Je pense qu'il y a de bonnes chances que ce soit plus élevé », affirme-t-elle.

Le manque de solutions à la crise de la méthamphétamine, le manque de logements abordables et les ressources limitées pour les problèmes de santé mentale dans la province ont exacerbé le problème, ajoute la conseillère.

Lundi matin, la police de Winnipeg a démantelé un campement installé sur les rives de la rivière Assiniboine, devant l’hôpital Miséricordia.

L’un des résidents rencontrés sur place affirme être sans-abri depuis trois ans. Il s’est retrouvé à la rue après que la maison de chambres qu’il habitait ait été infestée de punaises de lit. Il dit que trouver un logement abordable est très difficile.

Le service de police de la Ville de Winnipeg explique que les policiers ont fait leur travail en demandant aux personnes de partir.

« Nous leur expliquons qu’il existe de nombreux organismes disposés à les aider en leur fournissant de la nourriture et un abri », affirme le service de police.

Des couvertures forment une tente.Lundi matin, la police de Winnipeg a démantelé un campement installé sur les rives de la rivière Assiniboine, devant l’hôpital Miséricordia. Photo : Radio-Canada

Sherri Rollins souhaite savoir ce qui s’est passé lorsque la police a ordonné la destruction du camp.

Selon la conseillère municipale, lorsque la police demande aux personnes de se déplacer, cela peut être perçu comme une utilisation inutile de la force.

« Je discute avec les responsables de tous les secteurs de la Ville au sujet de l'inclusion sociale, de la stigmatisation et des obstacles auxquels font face les Winnipégois », affirme Mme Rollins.

Selon la conseillère, le moment est idéal pour que la province et la Ville discutent de leurs idées en vue d'une solution pour fournir plus de logements à un coût abordable.

« Nous devons avoir une conversation ici en ce qui concerne la santé mentale, les services sociaux et les soins de santé », affirme Mme Rollins.

Manitoba

Politique municipale