•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des jeunes atteints du VIH meurent en Saskatchewan, malgré la disponibilité de traitements

Des cellules du virus du sida attaquant l'organisme

Des cellules du virus du sida attaquant l'organisme

Photo : iStock

Radio-Canada

De nombreux jeunes atteints du virus du sida en Saskatchewan n'ont pas aisément accès à des traitements antirétroviraux, pourtant éprouvés pour limiter le développement et la transmission du virus.

Des médecins de la province tirent la sonnette d’alarme. Kris Stewart indique qu’il lui arrive trop souvent de voir des cas de patients atteints du VIH à qui aucun traitement antirétroviral n’a été donné. Un constat que fait également l’un de ses confrères, Siddharth Kogilwaimath.

Nous voyons des jeunes mourir du VIH, alors qu’il s’agit d’un virus qui peut aujourd’hui être bien pris en charge dans plusieurs régions du monde.

Dr Siddharth Kogilwaimath. spécialiste en maladies infectieuses au sein de l'Autorité de santé de la Saskatchewan

Le spécialiste indique qu’il est fréquent de rencontrer des personnes à l’hôpital qui sont à un stade avancé de la maladie. Faute d’avoir été traitées préalablement, ces personnes sont atteintes par des infections opportunistes qui se présentent lorsque le système immunitaire est trop affaibli par le virus, précise Siddharth Kogilwaimath.

Parmi les causes qui limitent l’accès à un traitement dans la province, Kris Stewart mentionne aussi le manque d’expertise de certains médecins travaillant dans les régions rurales de la Saskatchewan, souvent peu habituées à ce genre de cas.

Le chercheur spécialisé rappelle également l'existence de préjugés dans le milieu médical. Selon lui, un patient atteint du VIH peut être pris en charge de façon moins urgente que s’il s’agissait d’un cas de cancer ou de diabète.

La Saskatchewan est la province où le taux de diagnostic du VIH est le plus élevé au Canada. En 2017, ce taux était deux fois et demie plus élevé que dans le reste du pays. En Saskatchewan, la transmission du sida se fait par l'injection de drogues dans près de 70 % des cas.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Sida