•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sommet à Québec en 2020 pour rapprocher les francophones du Canada

Infographie : personnes variées qui discutent entre elles

La francophonie au Canada

Photo : iStock

Alain Rochefort

Québec accueillera le Sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes les 16 et 17 juin 2020.

Des représentants de toutes les provinces et territoires canadiens feront part de leurs préoccupations, besoins et attentes dans leurs communautés respectives.

Les récentes crises linguistiques à travers le pays démontrent toute l’importance de tenir un tel sommet, affirme Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada.

« Il faut capitaliser sur cette amorce de nouvelle solidarité francophone et sur cette volonté d’action qui est en train de se créer. Le Sommet sur le rapprochement est très important à cet égard », souligne-t-il.

L’importance d’être unis

Des grands rassemblements du genre contribueront à ce que la langue française survive en Amérique du Nord, estime M. Johnson.

« J’espère que nous y réaliserons que nous avons tous et toutes en commun un devoir d’agir, et d’agir maintenant, pour préserver la place du français au Canada et en terre d’Amérique », ajoute-t-il.

Nos enfants et nos petits-enfants nous en remercieront.

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada

Le Québec, le leader

En organisant ce sommet, le Québec souhaite assumer son rôle de leader de la francophonie canadienne et consolider ses relations avec les autres communautés francophones et acadiennes, explique pour sa part Sonia LeBel, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne.

« L’année 2020 sera charnière pour la francophonie. Le moment est venu, pour le Québec, d’assumer un leadership à l’égard des différentes francophonies canadiennes. Le gouvernement du Québec accorde une importance à la vitalité et à la pérennité du français au Québec, mais aussi ailleurs au Canada », souligne Mme Lebel.

Les conclusions tirées au Sommet serviront notamment à alimenter les travaux visant à adopter une troisième politique du Québec en matière de francophonie canadienne. Le Sommet se tiendra tout juste avant la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne les 18 et 19 juin, également à Québec.

Cette année, cette Conférence se tiendra les 27 et 28 juin prochains, à Iqaluit, au Nunavut.

Politique fédérale

Politique