•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blitz policier contre les véhicules garés dans les bandes cyclables de Montréal

Une camionnette blanche garée sur une bande cyclable.

Aucun quartier montréalais n'échappe à ce phénomène.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jérôme Labbé

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) mène ces jours-ci un blitz de surveillance afin de sensibiliser – et punir, au besoin – les conducteurs pris en flagrant délit d'avoir immobilisé temporairement leur véhicule sur une bande cyclable, une infraction passible d'une amende de 170 $.

L'opération, menée dans le cadre du Mois du vélo au Québec, a été annoncée lundi après-midi sur les réseaux sociaux par Marianne Giguère, qui pilote le dossier des transports actifs au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal à titre de conseillère associée.

C'est que l'article 386 du Code de la sécurité routière stipule que, sauf en cas de nécessité, « nul ne peut immobiliser un véhicule routier [...] sur une voie de circulation réservée exclusivement à certains véhicules » comme les vélos. Ainsi, les conducteurs qui violent ce passage du Code ne font pas que stationner leur véhicule à un endroit interdit : ils commettent carrément une entrave à la circulation – une infraction plus grave, et plus coûteuse.

Pourtant, les transgressions sont fréquentes, constate Mme Giguère : le problème est « endémique », même, et compromet la sécurité des cyclistes. Car contrairement aux pistes cyclables, habituellement protégées par des bollards, les bandes cyclables sont simplement dessinées sur la chaussée. Ainsi, aucun obstacle physique n'empêche les automobilistes ou les camionneurs de s'y immobiliser.

Même si c'est temporaire, même si c'est pour pas longtemps, ça met vraiment les cyclistes en danger.

Marianne Giguère, conseillère de ville du district De Lorimier, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal

Cette situation, selon elle, contribue à décourager les Montréalais de prendre leur vélo. « Ça les place dans une situation inconfortable. On leur bloque la circulation, comme s'ils n'étaient pas des usagers de la route qui sont légitimes. »

Mme Giguère affirme qu'à terme la solution passe par la « mise à niveau » du réseau cycliste, qui permettrait de protéger les bandes cyclables par une séparation physique. « Chaque année on va mettre au niveau des bandes cyclables pour qu'elles soient protégées, mais en attendant, il faut respecter ces espaces-là, qu'on offre aux cyclistes pour leur donner au moins le sentiment d'avoir un corridor dédié où ils sont davantage protégés que simplement dans la circulation ».

Des secteurs plus problématiques que d'autres

L'administration Plante – qui compte de nombreux adeptes du vélo dans ses rangs, selon Mme Giguère – a fait appel à des groupes de cyclistes pour dresser une liste des bandes cyclables les plus hasardeuses de la métropole.

Cette liste a été fournie au SPVM à titre indicatif. Elle comprend notamment un tronçon sur la rue McGill où la Ville a pourtant installé des bollards récemment. « Il y a des gens, quand même, qui se faufilent entre les bollards, et qui occupent la bande cyclable », soupire Mme Giguère.

Les bandes cyclables les plus problématiques de Montréal, selon l'administration :

  • Arrondissement de Ville-Marie : Saint-Urbain (entre Sherbrooke et Viger); McGill (de Saint-Antoine à De la Commune); Viger et St-Antoine (de Berri à Square-Victoria); Président-Kennedy (de Clark à Mackay); René-Lévesque (face à Radio-Canada); Maisonneuve (à l’est de la rue du Havre);
  • Arrondissement du Plateau-Mont-Royal : Laurier (de Papineau à Saint-Laurent); Des Pins (de Parc à Henri-Julien); Casgrain (de Laurier à Bernard);
  • Arrondissement de Rosemont-la-Petite-Patrie : Bellechasse (de Saint-Laurent à Saint-Hubert); Saint-Dominique (de Bellechasse à Jean-Talon);
  • Arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville : Lajeunesse (de Crémazie à Gouin) et Gouin (de Christophe-Colomb à Durham).

Mme Giguère espère par ailleurs que le blitz mené ce mois-ci permettra de changer la perception selon laquelle « la police est anti-vélo ».

« Malheureusement, dans les groupes cyclistes qui sont très, très vocaux, qui s'expriment beaucoup, il y a une impression qui semble être répandue que le SPVM s'occupe beaucoup de donner des contraventions aux cyclistes [...] et qu'il y a beaucoup d'infractions commises par les automobilistes qui sont davantage tolérées », constate-t-elle.

Or, « il y a une culture qui est en train de changer, au SPVM », affirme la conseillère.

Une question de jugement, selon le SPVM

Interrogée sur les modalités de l'opération, la police de Montréal a confirmé que certains postes de quartier avaient reçu le mandat d'accorder une attention particulière aux véhicules garés temporairement dans les bandes cyclables.

« On voit que l'activité de vélo, autant comme moyen de transport que comme activité récréative, connaît une croissance exponentielle », constate l'inspecteur-chef André Durocher, qui a longtemps travaillé en sécurité routière. « Il est normal que ça amène, à un moment donné, je ne dirais pas des problèmes de cohabitation, mais... des ajustements », explique-t-il.

Pour M. Durocher, il y a deux types de contrevenants : ceux qui ne portent pas attention aux bandes cyclables, et ceux qui en font fi consciemment. D'où l'importance de sensibiliser davantage les conducteurs.

Les bandes cyclables, ce n'est pas juste deux lignes qu'on met par terre pour la décoration.

André Durocher, inspecteur-chef au SPVM

À savoir si les agents de police allaient d'abord émettre des avertissements ou s'ils allaient tout de suite remettre des contraventions en bonne et due forme, M. Durocher a reconnu qu'entraver la circulation des vélos était bel et bien une infraction punissable par la loi. Cela étant dit, chaque policier détient un certain « pouvoir discrétionnaire », a-t-il rappelé.

En théorie, toute personne ayant stationné son véhicule temporairement sur une bande cyclable s'expose à une amende de 100 $ plus 70 $ de frais, précise le SPVM.

Avec la collaboration de Vincent Resseguier

Grand Montréal

Transports