•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaspé veut faire pression pour faire avancer le dossier du rail gaspésien

Une voie de chemin de fer longe un cours d'eau.

Le projet de réfection complète du chemin de fer entre Matapédia et Caplan est évalué à 100 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

La Ville de Gaspé entend mobiliser les municipalités de l'Est-du-Québec dans le but de faire pression sur le gouvernement de François Legault et de réduire les délais de réfection du rail jusqu'à Gaspé.

Le conseil municipal de Gaspé a adopté une résolution en ce sens lundi soir.

Lors de son passage en Gaspésie à la fin avril, le premier ministre François Legault a indiqué que son gouvernement se donnait encore sept ans pour rétablir le tronçon ferroviaire jusqu'à Gaspé.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, a déjà demandé l'appui d'une trentaine d'autres municipalités du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie pour dénoncer ce délai qu'il juge inacceptable.

M. Côté rappelle que 2022 a toujours été l'échéancier évoqué par les fonctionnaires, et il déplore qu'on impose un tel délai à la Gaspésie, alors que des travaux de plus grande envergure sont réalisés plus rapidement dans les grands centres.

Daniel Côté répond aux questions de journalistes devant un bateau de pêche.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté

Photo : Radio-Canada

Le REM à Montréal, 6 milliards de dollars, on nous dit qu'en quatre ans on est capables de faire ça. Le pont Champlain, 4,5 milliards à Montréal, quatre ans. C'est deux poids deux mesures entre les processus gouvernementaux en ville et en région, répète le maire.

On arrive en Gaspésie avec un petit investissement par rapport aux gros investissements dans les centres urbains, 100 millions, c'est tout petit et on nous dit que ça va prendre sept ans, mais c'est sept ans plus les années qu'on vient de perdre.

Daniel Côté, maire de Gaspé

Plusieurs villes ont déjà appuyé la motion de Gaspé, dont Chandler, Bonaventure et Rimouski.

Dans une résolution-fleuve, le conseil municipal de Rimouski a qualifié lundi soir cette situation d'iniquité inexplicable et inacceptable.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, souligne que l'industrie éolienne, notamment, a besoin du chemin de fer pour poursuivre son expansion et créer des emplois en Gaspésie. On sait que le rail est de loin la meilleure façon de transporter les pales d'éoliennes et ils se font dire par le gouvernement : "Oui, oui, c'est important pour nous, mais ça va prendre 7, 8, 9 ans..."

Il est important de supporter maintenant ces industries-là, investir dans la mise à niveau du rail est important. Il est nécessaire de bouger dans ce dossier-là, soutient M. Parent.

Jusqu'à maintenant la ville de Gaspé a, en plus de Rimouski, les appuis de Chandler, Bonaventure, New Richmond, Maria, Carleton-sur-Mer, Matapédia et Saint-Alexis-de-Matapédia.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Infrastructures