•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matières organiques : Saguenay opte pour les bacs bruns et le compostage ouvert

Un bac pour les déchets putrescible est installé dans la rue.Derrière, on y voit un bac à ordure.

Un bac brun.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Mélyssa Gagnon

Saguenay officialise son choix d'opter pour les bacs bruns et le compostage ouvert pour la collecte et le traitement des matières putrescibles.

La décision a été prise en conseil de ville, lundi. Le conseiller municipal et président de la commission de développement durable, Simon-Olivier Côté, a précisé qu’il s’agit de l’aboutissement de longues démarches.

Comme toutes les villes du Québec, Saguenay doit cueillir et revaloriser les matières organiques générées sur son territoire au plus tard en 2020.

On est arrivés à la conclusion que ce qui était le plus sûr et le moins cher était de faire le traitement des matières organiques par compostage ouvert sur une plateforme. On va aller en appel d’offres pour le faire faire à l’externe. Il va y avoir des entreprises qui vont soumissionner pour ça. On espère que ça va se faire en région. On sait qu’on en a des bons.

Simon-Olivier Côté, président de la commission de développement durable de Saguenay

Le conseiller indique que le coup d’envoi de la collecte des matières organiques sera donné à l’automne 2022. Saguenay veut produire du compost de première qualité.

Les gens vont avoir les bacs avant ça et on va faire beaucoup de sensibilisation et d’information, assure-t-il.

Dominic Gagnon revient à la charge

Dans un autre ordre d'idées, le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, s’est présenté deux fois plutôt qu’une au micro, lundi soir. Il a d’abord questionné la mairesse Josée Néron au sujet des impacts, selon lui néfastes, de l’utilisation d’éclairage aux lumières DEL sur la santé des citoyens.

La Ville procédera à des changements en ce sens prochainement.

Josée Néron a rétorqué qu’elle a beaucoup lu sur le sujet et a fait valoir qu’aucune étude scientifique n’a démontré de liens de cause à effet entre les lumières et les problèmes de santé.

Nous avons fait nos devoirs. On sait faire les choses. Vous pouvez repartir rassuré, a fait valoir la mairesse.

Dominic Gagnon est plus tard revenu à la charge sur la question du salaire des élus, un sujet qu’il ramène à chaque séance du conseil de ville depuis que les conseillers ont voté en faveur de la hausse.

L’intervention a donné lieu à un vif échange entre le chef du PCS, qui est aussi médecin, et le conseiller jonquiérois Kevin Armstrong. Le représentant du district 4 a fait savoir à Dominic Gagnon qu’il n’a pas de leçon à donner à personne puisque sa formation politique, autrefois dirigée par l’ex-maire Jean Tremblay, est responsable d’une dette que doit aujourd’hui traîner la Ville.

Grands projets

Par ailleurs, la Coalition Fjord, opposée aux projets gaziers à Saguenay, s’est invitée au conseil de ville pour questionner la mairesse.

Pancarte sur laquelle on peut lire : « Le Saguenay c'est un parc! Pas un gasoduc [sic] ».

Un citoyen tient une pancarte

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Le porte-parole, Adrien Guibert-Barthez, a demandé à Josée Néron si elle a discuté avec des experts indépendants avant d’appuyer les projets liés à l’exploitation du gaz naturel. Il a aussi cherché à savoir combien de fois la mairesse a rencontré les promoteurs.

Je les ai rencontrés avant d’être mairesse et ensuite comme présidente de Promotion Saguenay, je les ai rencontrés deux fois. La ville accompagne tous les promoteurs des grands projets […], a-t-elle indiqué.

Du même souffle, la mairesse a signifié que la volonté de Saguenay de voir aboutir ces grands projets « est claire » et que la Ville le démontre en facilitant la mise en place de la zone industrialo-portuaire (ZIP).

À l’inverse, Pierre Charbonneau, l’initiateur de la pétition en faveur des projets de Métaux BlackRock, GNL Québec et Arianne Phosphate a déposé sa pétition de 10 200 noms au conseil de ville.

Enfin, des chauffeurs de taxi représentant des firmes des trois arrondissements de Saguenay sont venus demander au conseil d’adopter une résolution visant à appuyer leur industrie et à rappeler son importance au gouvernement du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires municipales