•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Huawei : la majorité des Canadiens d’origine chinoise en C.-B. d’accord avec Ottawa

Une femme asiatique porte un chapeau et est suivie par un homme chauve.

Meng Wanzhou quitte sa maison pour comparaître à la Cour suprême de la Colombie-Britannique le 29 janvier à Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Alors que l'arrestation la vice-présidente du géant chinois des télécommunications, Meng Wanzhou, est vivement critiquée en Chine, un nouveau sondage révèle que les Canadiens d'origine chinoise résidants en Colombie-Britannique approuvent la décision du gouvernement fédéral de ne pas intervenir dans l'affaire Huawei.

Le sondage, commandé par Canada Committee 100 Society et mené par Innovative Research Group révèle que 54 % des répondants soutiennent la décision d'Ottawa, tandis que 15 % s’y opposent.

Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver, à la demande des États-Unis qui réclament son extradition pour la juger. Cette dernière est accusée d’avoir voulu contourner l'embargo sur les relations commerciales avec l'Iran.

Le sondage, effectué auprès de 413 Canadiens d'origine chinoise âgés de 18 ans et plus, montre que les réponses diffèrent notamment selon la période d’immigration des répondants, leur langue maternelle et la langue des médias consultés.

Selon le directeur de la recherche pour Canada Committee 100 Society, Kenny Zhang, les répondants qui comprennent mieux le système de justice canadien ont tendance à soutenir la décision du gouvernement.

Informer les Canadiens chinois du système de justice canadien est essentiel pour édifier une société qui fait la promotion des valeurs fondamentales du Canada, telles que l'égalité et la justice.

Kenny Zhang, directeur de la recherche pour Canada Committee 100 Society

La majorité des sondés estiment aussi que Meng Wanzhou a été traitée équitablement et qu'elle a obtenu les moyens nécessaires pour se défendre.

À l’inverse, la Chine a souvent dénoncé les conditions de détention injustes de Meng Wanzhou.

L'affaire Huawei sera de retour devant les tribunaux mercredi, pour traiter de l'extradition de Meng Wanzhou.

Avec les informations de Benoit Ferradini

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique internationale