•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une restructuration à l’Association canadienne-française de Regina ?

Denis Simard, debout, prend la parole devant les membres de l’ACFR durant l’assemblée générale extraordinaire le 4 mai 2019.

Le président de l'ACF, Denis Simard, invite le C.A. à se tourner aussi vers les gens expérimentés de la communauté fransaskoise de Regina pour trouver des solutions à la crise que traverse l'ACFR (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs organismes fransaskois estiment qu'une restructuration de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR) serait la bienvenue. C'est l'une des propositions entendues lors de l'Assemblée générale extraordinaire de l'organisme samedi.

Une membre de l'ACFR, Monique Marchildon, qui a été présidente de l'organisme, a suggéré, samedi dernier, au conseil d'administration de diviser les opérations en deux secteurs : les infrastructures, donc la location de locaux, et la programmation des activités, soit la raison d'être, le mandat de l'ACFR.

Certains organismes estiment que cette restructuration permettrait de régler plusieurs problèmes.

On parle de locaux communautaires, qui sont partagés avec le Conseil des écoles fransaskoises (CÉF), c'est de les rendre plus efficaces pour la communauté en premier et ensuite de les rendre pertinents au niveau de l'autofinancement, soutient le directeur de la Société historique de la Saskatchewan, Alexandre Chartier.

Avant, le CÉF avait presque deux personnes qui s'occupaient de la location des salles et de ces dossiers-là. Quand on a perdu ça, et bien, c'est tombé sur l'ACFR de faire ça. Et je peux vraiment dire que l'ACFR, c'est vrai qu'ils en ont beaucoup trop dans leur assiette [considérant leurs] ressources, affirme la directrice générale du Conseil culturel fransaskois, Suzanne Campagne.

Je pense que toutes les formules, toutes les hypothèses sont bonnes, ce que je veux pour l'ACFR c'est qu'elle se sente comme elle peut mieux répondre aux besoins de francophones de Regina. Si ça prend une nouvelle structure, ce sera une nouvelle structure, mentionne le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise, Denis Simard.

Une membre de la communauté haïtienne, Nancy Auguste, dit être d'accord à 100 % avec la proposition. Elle trouve que ce n'est pas facile d'obtenir une salle et a l'impression que certains groupes ont la priorité.

Toutefois, le président des Éditions de la nouvelle plume, Laurier Gareau, estime qu’il faut d’abord remplir le mandat de l’ACFR, c’est-à-dire offrir des activités en français pour tous les francophones de Regina avant de procéder à une restructuration de l’organisme.

Il souligne également l’importance de tenir rapidement une Assemblée générale annuelle à l’ACFR, après la démission de deux administrateurs samedi dernier.

Avec les informations de Marie-Christine Bouillon

Saskatchewan

Associations francophones