•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

John Tory s’en prend aux compressions en santé et dans les services de garde de Ford

Le maire de Toronto, John Tory.
Le maire de Toronto, John Tory. Photo: La Presse canadienne / Chris Young
Radio-Canada

Le maire de Toronto, John Tory, reproche au gouvernement du premier ministre Doug Ford d'avoir sabré une partie des fonds destinés aux services municipaux, tout en allant de l'avant avec une promesse électorale potentiellement coûteuse d'introduire la bière dans les dépanneurs.

La province envisage de dépenser des centaines de millions de dollars pour rendre la bière plus largement disponible, tout en réduisant le financement de la santé publique et des services de garde subventionnés, a déclaré M. Tory lundi.

La province s'expose à des pénalités financières si Ford va de l'avant avec sa promesse électorale de permettre aux dépanneurs de vendre de la bière, ce qui enfreint un contrat avec les Beer Store.

Tandis que John Tory remettait en question cette décision, la porte-parole du ministère de la Santé, Hayley Chazan, s’est quant à elle dite surprise de la réaction du maire de Toronto.

Nous sommes surpris d'apprendre que le maire Tory a peut-être critiqué les changements apportés aux politiques sur l'alcool, qui respectent les consommateurs adultes en leur faisant confiance pour faire des choix responsables, alors qu'il a lui-même récemment appuyé des changements semblables, a-t-elle répondu par courriel à CBC.

Vague d'opposition croissante

Sur le seul front de la santé publique, un éventail d'organismes municipaux, de groupes de pression de la santé, ainsi que le caucus des maires des grandes villes de l’Ontario (LUMCO), l’Association médicale de l’Ontario, l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario et les conseils scolaires publics et catholiques de Toronto se sont opposés à ces compressions budgétaires.

Il y a une vague d'opposition croissante, a déclaré lundi matin Joe Cressy, président du conseil de la santé de la Ville de Toronto, avant une réunion sur la réduction du financement du conseil.

La province conteste les calculs de Toronto, mais les représentants de la Ville maintiennent qu’un changement à la structure de partage des coûts entre celle-ci et la province pourrait représenter un manque à gagner de 65 millions de dollars cette année seulement.

Sur le plan des services de garde, la Ville estime également que les compressions et les changements de politiques, qui entraînent une perte de 85 millions de dollars, pourraient mettre en péril plus de 6 000 places subventionnées.

En plus de ces compressions, le maire de Toronto remet également en question la décision de la province de réduire la portion municipale de la taxe sur l'essence.

Notre capacité d’aller de l'avant est remise en question en raison d'une combinaison de compressions budgétaires très malavisées et de mesures sévères imposées aux villes et villages de l'Ontario sans aucune consultation, certaines même imposées plus sévèrement à Toronto qu'à toute autre municipalité, a déclaré M. Tory.

Préoccupation au sujet de l'absence de consultation

Au cours des dernières semaines, d'autres représentants de la Ville ont fait écho à cette préoccupation du manque de consultation auquel ils s'attendaient de la part de la province sur divers changements ayant une incidence sur les services municipaux.

Lundi, la médecin hygiéniste en chef de la Ville, Dre Eileen de Villa, a fait remarquer que le gouvernement Ford n'avait fait parvenir que des grandes lignes sur l'évolution du modèle de partage des coûts de la santé publique de Toronto. Cela impose à la Ville une plus grande responsabilité pour trouver des fonds, un changement annoncé pour la première fois aux fonctionnaires municipaux il y a trois semaines.

Le conseiller municipal, Josh Matlow, un critique du nouveau plan d'approvisionnement en logements de la province, a également souligné que la Ville n'a reçu que la version finale du projet de loi jeudi dernier, plutôt qu'une copie préliminaire, une mesure qu'il a jugée inhabituelle.

Au moment où l'inquiétude grandit au sujet de divers changements dans presque tous les coins de la province, M. Tory a déclaré que sa lutte pour mettre fin aux récents changements de financement comprend la participation des résidents, des groupes d'affaires et des politiciens de toutes les allégeances à Queen's Park.

Je rappellerai aux députés provinciaux qu'ils n'ont pas demandé ou reçu le mandat de réduire les services de santé publique ou de garde d'enfants. Je m'engage à ne pas laisser notre ville reculer, a poursuivi le maire de Toronto. Si on baisse les bras et qu'on laisse ce budget néfaste aller de l'avant, on met notre succès en danger.

Avec les informations de CBC

Toronto

Politique provinciale