•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Talonnés par la Nouvelle-Écosse, les vignerons du Québec réclament de l'aide

Un vignoble

Photo : iStock

Les vignerons du Québec craignent que leur industrie soit en train de prendre du retard au Canada. Pour accélérer leur croissance, ils demandent au gouvernement provincial d'investir avec eux. Sans cet appui, ils redoutent de se faire doubler par la Nouvelle-Écosse, où la viniculture connaît un essor sans précédent.

« Là, on n'a pas assez de raisins. On n'a pas assez de surface de vignes », résume le vice-président du Conseil des vins du Québec (CVQ), Louis Denault.

Lui-même propriétaire d’un vignoble sur l’île d’Orléans, il constate que les consommateurs s’arrachent de plus en plus les vins du terroir. Or, le Québec ne produit que 2,3 millions de bouteilles; les ruptures de stock sont devenues fréquentes.

Louis Denault, vice-président du Conseil des vins du Québec et propriétaire du Vignoble Sainte-Pétronille

Louis Denault, vice-président du Conseil des vins du Québec et propriétaire du Vignoble Sainte-Pétronille

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Le CVQ s’est donc fixé un objectif ambitieux : avoir plus de 1000 hectares de vignes en production au Québec d’ici 2025. C’est presque le double de la surface qui était en production en 2016.

Pour y parvenir, il faudra planter de la vigne, et vite. Un plan de développement pour l’industrie vitivinicole québécoise a d’ailleurs été présenté récemment au gouvernement provincial par le CVQ.

C'est une industrie qui a des retours sur l'économie très grands, même si on est très petits. On aimerait ça que le gouvernement s'aperçoive de ça et investisse avec nous, [qu’il] voie toute la possibilité qu'il y a derrière notre industrie.

Louis Denault, vice-président du Conseil des vins du Québec

La mesure phare du plan est simple : que le gouvernement provincial débloque de 25 à 35 millions de dollars afin de subventionner la plantation de vignes au Québec pendant 5 ans.

Selon M. Denault, cette somme permettrait d’aider grandement les producteurs, car planter de la vigne peut coûter jusqu’à 100 000 $ par hectare, lorsqu’il est question de cépages européens comme le pinot noir ou le riesling.

On pense qu'un plan de plantation, comme ça s'est fait dans les pommiers [au Québec], pourrait aider l'industrie à aller à vitesse grand V. Disons que là, on est à vitesse petit V!

Louis Denault, vice-président du Conseil des vins du Québec

Suivre l’exemple des autres provinces

Avec ce plan, le CVQ n’invente rien. Dans les années 1990, l’Ontario a largement subventionné la plantation de cépages européens afin de donner un coup de pouce à son industrie vinicole. La Colombie-Britannique a aussi agi en ce sens.

« Présentement, c’est la Nouvelle-Écosse qui emboîte le pas », indique M. Denault. En 2016, cette province maritime a effectivement débloqué 12 millions de dollars sur 4 ans, notamment pour la plantation de vignes.

M. Denault avoue qu’il est « envieux », d’autant plus que la Nouvelle-Écosse n’a pas vraiment un climat plus propice que celui du Québec pour cultiver la vigne.

Ce ne sont pas des buveurs de vin non plus comme société, c'est une petite province et les gouvernements ont investi énormément.

Louis Denault, vice-président du Conseil des vins du Québec

Le vice-président du CVQ croit que le Québec gagnerait à imiter ce modèle. Ses observations sont partagées par Karine Pedneault, qui effectue des recherches sur la vigne à l’Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse.

« On est parti d'une industrie qui était une micro-industrie […] plus petite qu'au Québec, en passant, et puis tranquillement, assez rapidement même, ça se développe grâce à ce programme-là », dit-elle.

Karine Pedneault, professeure de biologie à l'Université Sainte-Anne

Karine Pedneault, professeure de biologie à l'Université Sainte-Anne

Photo : Radio-Canada

Je pense que si la Nouvelle-Écosse continue dans les efforts qu'elle met actuellement, elle a de bonnes chances de passer devant [le Québec], pour être franche.

Karine Pedneault, professeure de biologie à l'Université Sainte-Anne

En moins de 10 ans, le nombre de vignobles a presque doublé en Nouvelle-Écosse, et on compte aujourd’hui plus de 300 hectares de vignes.

Mme Pedneault rappelle que la viniculture est une porte ouverte sur « l’agrotourisme, la restauration et l’embauche de personnel ».

Une étude réalisée en 2015 au pays rapportait d’ailleurs que chaque dollar investi dans l’industrie du vin, au Canada, génère 3,42 $ de produit intérieur brut.

Une industrie bien enracinée

Au-delà de la plantation de vignes, le plan de développement du CVQ réclame aussi de l’aide financière pour acheter du matériel pour le chai, comme des cuves en acier inoxydable ou des pressoirs à raisins.

Le plan demande également une aide pour l’achat de matériel viticole, comme la machinerie pour protéger les vignes du froid, l’hiver.

Un tracteur avec un équipement viticole dans un champ de vignes.

Cette machine sert à déployer des toiles géotextiles pour protéger les vignes pendant l'hiver au Vignoble Sainte-Pétronille.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Le vice-président du CVQ croit que le gouvernement québécois aurait tout à gagner en subventionnant l’industrie du vin, car elle ne pourra jamais être délocalisée.

« Toutes les vignes qui vont être plantées au Québec, ça va créer de la richesse parce que ça va rester ici. Demain matin, moi, je ne dirai pas : "OK, là j'ai de l'argent, je vais prendre ma vigne et je vais l'emmener en Chine!" », illustre-t-il.

Québec « n’est pas contre »

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne, n’était pas disponible pour accorder une entrevue à Radio-Canada.

Par courriel, son cabinet a toutefois indiqué que le ministre « n’est pas contre le plan de développement proposé par l’industrie ».

Il s’agit néanmoins d’une « demande d’aide financière d’envergure […] qui devra faire l’objet d’une analyse approfondie », écrit-on.

Le Vignoble Sainte-Pétronille, au printemps.

Le propriétaire du Vignoble Sainte-Pétronille croit que le Québec devrait subventionner la plantation de nouvelles vignes.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Le cabinet a aussi tenu à rappeler qu’il existe déjà certains programmes agroalimentaires accessibles pour tous les producteurs agricoles, y compris les vignerons.

« Ce qui est décevant, c'est qu'ils ne veulent pas avoir de programme sectoriel, déplore Louis Denault. Encore là, ils veulent être justes avec tout le monde, comme un bon père de famille qui veut [répartir] son argent un peu partout, à parts égales dans tous ses secteurs. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Agriculture