•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal veut éliminer les chaudières au mazout d'ici 2030

Journée de smog à Montréal en juillet 2013.

Selon la Ville de Montréal, le mazout représente 28 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur résidentiel et 14 % des émissions de GES du secteur commercial et institutionnel de l’agglomération de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / La Presse canadienne/Paul Chiasson

Radio-Canada

L'administration de Valérie Plante maintient le cap et compte déposer dès l'an prochain un projet de règlement visant à éliminer progressivement le chauffage au mazout dans la métropole d'ici 2030.

La Ville évoque « une stratégie qui lui permettra de rendre le parc immobilier de la collectivité montréalaise plus sobre en carbone et plus performant en matière de consommation énergétique en abandonnant progressivement le mazout au profit de sources d’énergies renouvelables ».

« Nous déposerons dès 2020 un projet de règlement visant l’interdiction des systèmes de chauffage au mazout dans les nouvelles constructions de l’agglomération montréalaise », a indiqué la mairesse Valérie Plante, lundi, en conférence de presse.

Rappelant que la lutte contre les changements climatiques est une priorité pour son administration, Mme Plante a insisté sur la nécessité d'éliminer les systèmes de chauffage au mazout, « une source d’énergie du siècle dernier », dans 18 bâtiments municipaux d'ici deux ans.

Nous avons prévu des investissements de 4 millions de dollars d’ici 2021. La Ville souhaite maintenant inciter les Montréalaises et Montréalais à faire la transition vers un autre mode de chauffage que le mazout.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le secteur industriel, institutionnel et commercial devra emboîter obligatoirement le pas d'ici 2025. Viendra ensuite le secteur résidentiel, pour lequel la Ville misera sur le retrait volontaire des systèmes de chauffage au mazout jusqu'à la date butoir de 2030.

Une transition progressive

La Ville évoque des mesures équitables pour aider les ménages et la consultation des « parties prenantes de la collectivité » en vue de cette « transition progressive vers la carboneutralité ».

L'administration Plante indique que le mazout, à lui seul, représente 28 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur résidentiel et 14 % des émissions de GES du secteur commercial et institutionnel de l’agglomération de Montréal.

Montréal souhaite atteindre la carboneutralité de son parc immobilier en 2050, en éliminant l'utilisation d'autres combustibles, comme le gaz naturel.

Politique municipale

Environnement