•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des films sur la culture noire doublés par des acteurs blancs

Une montage photo avec les comédiens Chris Tucker, Letitia Wright, Morgan Freeman, Janelle Monae, Eddie Murphy, Lupita Nyong'o, Samuel L. Jackson, Whoopi Goldberg, Will Smith et Octavia Spencer.
Au Québec, les acteurs issus de la diversité sont souvent doublés par des comédiens blancs. Photo: Getty Images
Justine de l'Église

Le film Panthère noire (Black Panther) a été universellement célébré pour avoir fait briller la culture noire devant comme derrière la caméra. Pourtant, au Québec, ses comédiens principaux ont presque tous été doublés par des Blancs. La mégaproduction de Marvel n'est qu'un exemple parmi tant d'autres illustrant le manque de diversité dans le milieu du doublage dans la province.

L'industrie prend de plus en plus conscience de la faible représentation des communautés culturelles parmi les doubleurs. Depuis peu, autant l'Union des artistes (UDA) que des acteurs du milieu du doublage tentent de corriger le tir et de faire preuve d'inclusion.

Le seul acteur noir qui double un rôle dit « principal » dans Panthère noire au Québec est Didier Lucien. Il prête sa voix au père qui meurt au début du film.

Presque tous les personnages du film de Marvel sont des Noirs, à l'exception de deux.Le film Panthère noire Photo : Marvel Studios

Panthère noire n’est pas une exception.

Prenons trois autres films qui ont pour thème l'exploitation des personnes noires doublés au Québec.

Esclave pendant 12 ans (12 Years a Slave, 2013) est basé sur l’histoire vraie de Solomon Northup, un homme enlevé et vendu comme esclave. La couleur des sentiments (The Help, 2013) traite de l’exploitation des domestiques noires avec une touche d'humour, mais aborde néanmoins des thèmes douloureux.

Le récent film d’horreur Nous (Us, 2019) illustre l’oppression et les profondes inégalités sociales aux États-Unis en prenant pour toile de fond une famille noire.

Dans les deux premiers cas, aucun acteur noir n’a été embauché pour doubler les rôles principaux au Québec. Pour Nous, une seule actrice issue de la diversité y double un personnage noir.

Des doubleurs blancs

L’Union des artistes ne possède pas de données officielles sur le sujet, mais elle le reconnaît : des doubleurs issus de la diversité, il y en a peu.

Nous avons effectué notre propre analyse. Nous avons retenu les noms de 30 acteurs et 30 actrices anglophones célèbres issus de la diversité, notamment Morgan Freeman, Samuel L. Jackson, Queen Latifah, Viola Davis, Lupita Nyong’o, Jackie Chan, Whoopi Goldberg, Halle Berry et Eddie Murphy. (La liste complète se trouve à la fin de cet article.)

Nous avons ensuite relevé qui étaient leurs doubleurs, à partir des données du site Doublage Québec. Fait à noter : aucun doublage de film d'animation ne fait partie de notre échantillon.

Nos résultats :

Pour les 30 acteurs masculins issus de la diversité, nous avons recensé 61 doubleurs. Seulement 3 d’entre eux sont issus de la diversité.

Une série de pictogrammes représente les doubleurs du Québec. Agrandir l’imageLa majorité des doubleurs qui prêtent leur voix aux comédiens de la diversité sont blancs. Photo : Radio-Canada

Pour les 30 actrices féminines, nous avons recensé 49 doubleuses, dont seulement 3 d'entre elles proviennent de la diversité.

Une série de pictogrammes représente les doubleuses du Québec.La majorité des doubleuses qui prêtent leur voix aux comédiennes de la diversité sont blanches. Photo : Radio-Canada

Précisons que d’après l’administrateur de Doublage Québec, les données du site ne sont pas exhaustives. Il est possible que des erreurs s’y soient glissées. Nous avons tout de même choisi de nous y fier, car le site est une référence dans le milieu du doublage. Des studios nous y ont dirigés pour de plus amples informations. Des doubleurs citent aussi le site Internet pour des détails sur leur expérience.

Il y a quelques doubleurs de la diversité qui sont actifs au Québec, mais ce ne sont pas eux qui doublent régulièrement les grandes célébrités. Widemir Normil, Fayolle Jean Jr, Marie-Evelyne Lessard, Didier Lucien, Iannicko N’Doua et Frédéric Pierre doublent fréquemment, mais des acteurs souvent moins connus, et presque uniquement des personnes noires.

La seule exception à la règle est Manuel Tadros, d’origine égyptienne, qui est un géant de l’industrie du doublage. Il a doublé plus de 250 comédiens de toutes origines.

Une situation dramatique, selon Diversité artistique Montréal

Nous nous sommes rendus aux bureaux de Diversité artistique Montréal pour présenter nos données et prendre le pouls de la situation. Assis dans son bureau vitré, devant nos tableaux Excel, le directeur de l’organisme, Jérôme Pruneau, affichait un air découragé.

C’est terrible, c’est terrible, c’est terrible, a-t-il soupiré en analysant les données.

Je te l’avoue : ça me déprime.

Jérôme Pruneau, directeur de Diversité artistique Montréal

Il a jugé le manque de diversité « affolant ».

« On ne veut pas distribuer la tarte, a-t-il critiqué. C’est une question de privilège. On ne veut pas partager le privilège. »

Les gens du milieu à qui nous avons parlé n’ont pas eu de critiques aussi sévères, mais certains ont reconnu qu’il y avait effectivement des lacunes, côté diversité.

Il y a quelque chose à redresser, a indiqué Joey Galimi, qui est à la fois directeur de plateau de doublage et président de l’Association nationale des doubleurs professionnels.

Son de cloche similaire du côté du comédien Fayolle Jean Jr, qui est issu de la diversité, et dont la voix profonde et polyvalente lui a permis de décrocher de nombreux contrats au cours des dernières années.

Moi j’en veux plus, des acteurs de la diversité! Il en faut, on en a besoin. Je ne peux pas tous les doubler!,a-t-il ajouté en s’esclaffant au bout du fil.

Pourquoi si peu de diversité?

Comme de nombreux directeurs de plateau, Natalie Hamel-Roy est une doubleuse de longue date. En toute transparence, elle reconnaît que la représentativité de la diversité n’a pas toujours été un souci, dans le milieu.

C’est sûr que ce n’est pas une réflexion qu’on avait, avant. C’est plus récent comme réflexion. Le doublage, il faut que ça disparaisse en arrière du rôle à l’écran. Alors on ne ressentait pas nécessairement le besoin que ce soit une personne noire qui double une personne noire, a-t-elle observé.

Un des facteurs qui expliquent le paysage actuel, c’est que le doublage fonctionne souvent par continuité. Si un doubleur a déjà prêté sa voix à un acteur, en général, il est appelé à le doubler par la suite. C’est la « clause grand-père », comme la nomme Joey Galimi.

Une femme noire cueille du coton. Une scène du film Esclave pendant 12 ans Photo : Fox Searchlight

C’est d’ailleurs pour cette raison que M. Galimi n’a pas inclus de doubleurs noirs sur le plateau d’Esclave pendant 12 ans. Il a procédé par ancienneté, tout simplement, a-t-il expliqué.

Autre obstacle : il n’y a pas suffisamment de doubleurs de la diversité pour combler tous les rôles à l’écran. Si ces doubleurs sont occupés, les options sont limitées.

Et ne double pas qui veut : il ne suffit pas d’être comédien, il faut aussi être formé rigoureusement. Le doublage requiert des habiletés en lecture à première vue; il faut savoir suivre la bande rythmo, avoir une diction et un français international impeccables. Ce n’est pas donné à tous, peu importe l’origine.

Aller chercher ailleurs

C’est possible d’aller à la recherche de nouveaux talents et d’embaucher des comédiens qui ne sont pas formés pour être doubleurs. Ça s’est fait, mais ça demande plus de travail et de moyens.

De plus en plus, des studios comme Paramount, Disney ou même Patrimoine canadien demandent à ce que l’origine des doubleurs corresponde à celle des acteurs.

C’était le cas pour Aminata (The Book of Negroes, 2015), une minisérie abordant l’esclavage. L’équipe de production voulait des doubleurs noirs.

Une femme noire regarde la caméra.La minisérie Aminata Photo : CBC

Je vais être très franche avec vous. Quand j’ai eu cette commande-là, j’ai fait “Oh! OK!" J’en connaissais quelques-uns qui faisaient du doublage. Mais je n’en connaissais pas des tonnes, a raconté la directrice de plateau Natalie Hamel-Roy.

Elle a épluché les CV des artistes sur les sites des agences, et a appelé les comédiens en audition, et a dû prendre le temps de leur apprendre le métier.

C’est précisément cette initiative qui a lancé la carrière de doubleuse de Marie-Evelyne Lessard, qui, de notre échantillon, est aujourd’hui la seule actrice issue de la diversité qui double des femmes noires au Québec.

Elle est la preuve vivante qu’un tel exercice peut s’avérer payant.

Pour elle, qui a apprivoisé la mécanique du doublage avec un naturel désarmant, tout a déboulé rapidement, à la suite d’Aminata. Elle est allée chercher des formations complémentaires en doublage et a enchaîné les contrats au micro. Je n’ai pas arrêté depuis, a-t-elle témoigné.

Tant mieux si je peux être un bon exemple!, s’est exclamée la comédienne au téléphone.

Joey Galimi, président de l'Association nationale des doubleurs professionnelsJoey Galimi, président de l'Association nationale des doubleurs professionnels Photo : Radio-Canada

Joey Galimi a composé avec des demandes similaires. Et présentement, le studio où il travaille, Cinélume, planche sur un film qui doit être doublé cet été. Il met en scène des personnages autochtones, et la production veut que les doubleurs soient autochtones.

Ils devront passer des auditions pour essayer de combler ces rôles.

Joey Galimi juge ces démarches importantes, mais il précise que ce n’est pas toujours possible, en raison des contraintes de temps et d’argent liées au métier. En doublage, il faut que ça roule.

Quand tu es en studio, tu ne peux pas donner des cours pendant que tu fais le travail. Tu ne peux pas dire “Bon, ça va me prendre deux heures de plus, ça va coûter 300 $ de plus, ce n’est pas grave.” C’est grave. C’est énorme.

Joey Galimi, directeur de plateau

La couleur, est-ce que ça change quelque chose?

La représentativité en doublage, est-ce essentiel? La réponse change selon qui répond à la question. Plusieurs rappellent que la couleur d’un acteur, ce n’est pas tout.

Ça dépend aussi beaucoup de l’énergie dans le rôle. Fayolle est formidable, mais il ne peut pas tout faire!, a expliqué Natalie Hamel-Roy.

Qui est capable de faire Morgan Freeman? Qui est capable, de cet âge-là, avec cette subtilité-là? Ça ne peut pas juste être “Ça prend un Noir pour faire un Noir.” Ça ne peut pas être juste ça.

La directrice de plateau explique qu’il faut d’abord un comédien avec une grande flexibilité. Guy Nadon [qui double Morgan Freeman], il a cette habileté-là.

La couleur n’est pas un gage de qualité, a soutenu le comédien et doubleur Guy Nadon.

On ne voit pas la couleur de la voix. Pour moi, ça ne fait aucune différence. Il ne s’agit pas d’avoir l'identité pour être compétent, a-t-il affirmé.

Une voix, c’est une voix.

Guy Nadon, comédien

Natalie Hamel-Roy a précisé que dans certains contextes, une distribution diversifiée peut changer la donne. L’expérience de direction d’Aminata, en 2015, a tout changé pour elle.

Quand j’écoutais le résultat, avec les personnes noires qui parlaient d’esclavagisme avec d’autres acteurs blancs qui interprétaient leurs propriétaires, je trouvais qu’au niveau de ce qu’on entendait, ça se sentait. C’était très bouleversant, a-t-elle témoigné.

Des fois ce n’est pas nécessaire. Mais dans ce contexte-là, où ça parlait de ce sujet-là, c’était intéressant d’entendre la différence.

Natalie Hamel-Roy

Depuis, lorsqu’elle dirige des longs métrages, elle essaie le plus possible d’aller vers les acteurs de la diversité pour doubler certains rôles. Elle juge important de faire un effort et d’aider les gens à se former.

Fayolle Jean Jr juge lui aussi que la voix d’un acteur de couleur peut avoir une dimension plus intéressante derrière le micro.

Je pense qu’un Noir qui double un Noir, il y a un grain dans la voix qu’on peut ne peut pas aller chercher aussi bien chez un Blanc. On ne veut pas aller faire une caricature, aussi! Si un Asiatique double un Asiatique, il y a quelque chose qui est naturel.

En fait-on assez?

On l'a dit : on manque de comédiens pour avoir des distributions diversifiées. Mais l’explication n’impressionne pas Jérôme Pruneau, de Diversité artistique Montréal.

Il faut se demander ce qui est fait pour les intégrer, insiste-t-il.

Il a dénoncé des problèmes systémiques qui empêchent les gens issus des minorités d’accéder au doublage; des problèmes qui sont liés au manque de diversité à l’écran et sur la scène. C’est un ensemble d’éléments qui sont interreliés et qui pratiquent de l’exclusion, a-t-il ajouté.

Parce que pour être doubleur, il faut être membre actif de l’Union des artistes. Et pour être membre actif, il faut 30 crédits, que l’on accumule en obtenant des rôles au cinéma, à la télévision ou sur la scène.

Jérôme Pruneau, directeur général, Diversité artistique MontréalJérôme Pruneau, directeur général, Diversité artistique Montréal Photo : Radio-Canada

On dit : “Oh, il n’y en a pas.” Mais pourquoi il n’y en a pas? Parce qu’ils n’arrivent pas à avoir les rôles pour avoir leurs crédits pour se retrouver doubleurs, a argumenté Jérôme Pruneau.

Le comédien Fayolle Jean Jr reconnaît qu’il peut être difficile de pénétrer le monde du doublage, qui est un milieu où les places sont limitées. C’est pour tout le monde que c’est difficile, nuance-t-il. Je ne crois pas que ce soit un problème de diversité, particulièrement.

On ouvre la porte à la diversité

Peu à peu, le milieu réalise qu’il n’est pas diversifié. Et on veut faire bouger les choses.

Pour la première fois, lundi, l’UDA a tenu une conférence s’adressant spécifiquement aux comédiens issus de la diversité. Elle a réuni une vingtaine de participants. Le but est de démystifier le milieu du doublage, ses exigences, comment y percer. Une façon pour le milieu de dire : « On vous veut, venez. »

Une deuxième conférence est prévue le 13 mai.

Plusieurs personnes sont de la partie, dont Fayolle Jean Jr, qui a fait part de son expérience professionnelle aux autres comédiens.

L'homme pose à l'extérieur, devant un mur de brique. Le comédien Fayolle Jean Jr Photo : Boh Keh

Ces gens seront ensuite invités à un atelier préparatoire, abordant les bases du doublage : la diction, le français international, la bande rythmo. Si le financement est au rendez-vous – ce qui devrait se confirmer sous peu – ce stage aura lieu à la fin de l’été, et sera offert à 16 participants.

Les participants pourront ensuite s’inscrire aux stages en doublage de l’Institut national de l'image et du son (INIS) qui sont offerts à tous les comédiens, qu’ils soient issus de la diversité ou pas. Il faut auditionner pour être sélectionné, et il n’y a que huit places.

On ne va donner aucune garantie, aucun privilège spécifique aux personnes issues de la diversité, a précisé Pierre Blanchet, de l’UDA, qui est responsable de la formation continue et qui pilote le projet. Tout le monde va passer par le même processus de sélection, a-t-il assuré.

Huit places en stage, est-ce que c’est trop peu pour diversifier le milieu assez rapidement?

C’est un work in progress, a tenu à rappeler Pierre Blanchet.

Je vous rassure : ce projet est une première étape. Ce ne sera pas terminé.

Pierre Blanchet, directeur du service aux membres de l'UDA et des communications

Joey Galimi a assuré que l’Association nationale de doubleurs professionnels était très enthousiaste par rapport à cette initiative. Plus l’Union des artistes nous fournit des talents, mieux c’est pour nous. S’il y a plus de gens de la diversité, on va les engager.

Jérôme Pruneau a aussi accueilli favorablement l’initiative, quoiqu’il s’est gardé quelques réserves pour l’instant. J’attends de voir si ça va vraiment changer. Il y a des choses qui se mettent en place et c’est très bien, mais il faut voir, dans les faits, comment ça va se traduire.

De son côté, Fayolle Jean Jr invite ses pairs à s’attaquer au métier, à s’investir à fond, pour être des acteurs de changement.

C’est sûr que ça peut créer des frustrations, que certains se demandent “C’est quoi ces voix-là, pourquoi tout est blanc?” Mais moi je dis “Put your name on it.” Et doubler, ça demande du travail.

Notre échantillonnage :

Les comédiens anglophones sont : Denzel Washington, Will Smith, Samuel L. Jackson, Morgan Freeman, Eddie Murphy, Jamie Foxx, Danny Glover, Laurence Fishburne, Chris Rock, Ice Cube, Kevin Hart, Dwayne « The Rock » Johnson, Chris Tucker, Jackie Chan, Chadwick Boseman, Rami Malek, Idris Elba, Don Cheadle, Wesley Snipes, Tyrese Gibson, Jet Li, Donald Glover, John Boyega, Michael B. Jordan, Anthony Mackie, Martin Lawrence, Danny Trejo, Mahershala Ali, Dev Patel et Henry Golding.

Les comédiennes anglophones sont : Halle Berry, Whoopi Goldberg, Taraji P Henson, Viola Davis, Beyoncé, Kerry Washington, Angela Bassett, Queen Latifah, Octavia Spencer, Vivica Fox, Janelle Monae, Lucy Liu, Constance Wu, Awkwafina, Gemma Chan, Salma Hayek, Regina King, Penélope Cruz, Jamie Chung, Amandla Stenberg, Zendaya, Jada Pinkett Smith, Zoe Saldana, Jennifer Lopez, Yara Shahidi, Lupita Nyong’o, Letitia Wright, Danai Jekesai Gurira, Aunjanue Ellis et Oprah Winfrey.

Cinéma

Arts