•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault ferme la porte au concept futuriste de l’Hyperloop

Un système de transport  hyperloop.

Ces capsules permettraient de voyager à près de 1000 km/h.

Photo : TransPod Hyperloop

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) n'entend pas ouvrir la porte au projet Hyperloop pour le moment. Ce mode de transport futuriste complètement électrique permettrait par exemple de relier Montréal à Toronto en moins de 45 minutes.

« Aucune étude n’est en cours sur l’Hyperloop et nous n’en lancerons pas », certifie Sarah Bigras, l’attachée de presse du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

Ce dernier assistait lundi à un forum sur le transport, à l’ère de l’intelligence artificielle, qui avait lieu à Montréal. À cette occasion, Sébastien Gendron, cofondateur de l’entreprise canadienne TransPod, a présenté, devant un parterre d’investisseurs, son projet de capsules à grande vitesse.

Grâce à cette technologie, que met également au point l’entreprise américaine Virgin Hyperloop One, il serait possible de parcourir des centaines de kilomètres à près de 1000 km/h dans une capsule suspendue de 25 m de long.

« Ce sont des avions sans ailes propulsés avec des moteurs électromagnétiques », résume Sébastien Gendron, un ingénieur ayant déjà travaillé pour Airbus et Bombardier, au cours d'une entrevue accordée à Radio-Canada.

Concernant la liaison Montréal-Québec, le gouvernement provincial donne la « priorité » au train à grande fréquence (TGF) de VIA Rail, ajoute le cabinet de François Bonnardel.

Ce projet, qui implique l'utilisation de nouvelles voies ferrées, permettrait d’éviter le passage des marchandises et d’économiser environ 25 % sur le temps de déplacement actuel. Un coût de 4 milliards de dollars, pour relier Toronto à Québec, a déjà été évoqué.

Fin 2017, l'ancien premier ministre libéral Philippe Couillard s'était quant à lui montré ouvert à l'idée d'un monorail à grande vitesse.

Les capsules de l'Hyperloop.

Les capsules de l'Hyperloop seraient situées à environ 50 m de hauteur et seraient pressurisées.

Photo : TransPod

Une liaison Calgary-Edmonton étudiée

Cette décision déçoit « un peu » le président de TransPod. « J’espère que le ministre pourra revenir sur sa décision dans les prochaines années », souligne Sébastien Gendron, assurant proposer « une solution nouvelle à des problématiques d’aujourd’hui ».

L'entreprise émergente canadienne va d’ailleurs construire cet été à Limoges, en France, un centre d’essais muni d'une piste de 3 km pour tester ultérieurement cette technologie. « Avec le président Macron, il y a une certaine dynamique et une volonté d’innover », juge-t-il.

Des liaisons entre Paris et Toulouse, ainsi qu'entre Calgary et Edmonton (Nouvelle fenêtre), sont notamment étudiées par TransPod. Pour ce trajet de 300 km en Alberta, l’entreprise basée à Toronto envisage un début de construction en 2025 et une mise en service en 2030.

Hyperloop, c’est le futur de la mobilité. Ce n’est pas de la science-fiction, mais quelque chose de nouveau. La technologie existe déjà, on n’est pas en train de réinventer la roue.

Une citation de : Sébastien Gendron, cofondateur de TransPod

Concrètement, promet-il, l'Hyperloop permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de lutter contre les changements climatiques.

Sur un trajet Montréal-Toronto, environ 2000 camions, soit un cinquième des véhicules lourds circulant sur ce tronçon, pourraient ainsi être retirés de l’autoroute 401, puisque ces capsules longues de 25 m transporteraient également des marchandises. Le trafic aérien serait aussi réduit, croit-il.

Montréal-Toronto en chiffres, selon TransPod

  • Un investissement de 20 à 30 millions de dollars par kilomètre.
  • 12 millions de passagers attendus annuellement.
  • De 60 $ à 80 $ pour un aller simple.
  • Environ 40 à 45 minutes de transport avec des arrêts à Ottawa et à Kingston.
  • Des panneaux solaires installés le long du tracé.

Le gouvernement fédéral étudie cette technologie

Le gouvernement fédéral n’est pas aussi ferme que Québec.

Transports Canada a lancé à la fin de mars un appel d’offres, qui se conclut le 10 mai, afin d’évaluer par l'entremise d’un consultant indépendant la viabilité et la sûreté de cette technologie pour les passagers, mais aussi le coût, comparativement à celui des systèmes ferroviaires à grande vitesse, par exemple.

« Le concept d'Hyperloop et l'évolution de la technologie sont très récents, et les informations publiées sur les détails techniques, les questions liées au rendement, les exigences de sécurité, la qualité du transport des passagers et les coûts d'investissement et d'exploitation demeurent limités », est-il indiqué.

L'entreprise TransPod propose de construire un Hyperloop entre Toronto et Windsor.

TransPod a déjà proposé de construire un Hyperloop entre Toronto et Windsor.

Photo : TransPod

Cet appel d’offres va « dans le bon sens », juge Sébastien Gendron, qui dit être « optimiste ».

« On sait que le Canada et l’Amérique du Nord en général n’ont pas pris le virage de la grande vitesse, rappelle-t-il. On a une opportunité d’aller de l’avant et de rattraper le retard. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !