•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : plus de jeunes hospitalisés en Saskatchewan

Un jeune adulte recroquevillé sur lui-même, seul devant un grand mur grisâtre.

Le nombre de visites à l'hôpital pour trouble mental chez les jeunes de 5 à 24 ans a augmenté au cours des dernières années au Canada, révèle l’Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Saskatchewan est la deuxième des provinces, derrière l'Île-du-Prince-Édouard, ayant le plus haut taux de visites à l'hôpital en raison de troubles mentaux chez les Canadiens âgés de 5 à 24 ans, révèle une étude de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

Pour la période 2017-2018, 705 jeunes par tranche de 100 000 habitants ont été hospitalisés en raison de problèmes mentaux en Saskatchewan, alors que la moyenne canadienne est de 450 hospitalisations pour 100 000 habitants.

Au chapitre des provinces canadiennes, l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick arrivent en première et en troisième position.

Par ailleurs, dans les Territoires-du-Nord-Ouest et au Nunavut, les nombres d’hospitalisations demeurent les plus élevés au pays, soit respectivement 1249 et 876 hospitalisations par tranche de 100 000 habitants.

Le nombre de visites à l'hôpital pour trouble mental chez les jeunes de 5 à 24 ans a augmenté au cours des dernières années au Canada, mais le nombre de diagnostics est quant à lui demeuré stable, indique l’ICIS.

La formatrice en santé mentale Francine Proulx-Kenzle explique les résultats obtenus en Saskatchewan par le fait qu’il y a peut-être une meilleure compréhension [du public] qu’il faut aller chercher des soins en santé mentale.

Le nombre d’hospitalisations peut sembler élevé en Saskatchewan, mais il peut aussi être attribué à une baisse de la stigmatisation des troubles en santé mentale, souligne Mme Proulx-Kenzle.

Ces statistiques, pour moi, c’est plus un rappel qu’on a du travail à faire.

Francine Proulx-Kenzle, formatrice en santé mentale pour l’organisme Pense Transformation

Plusieurs facteurs socioéconomiques peuvent également favoriser l'apparition de troubles mentaux chez les jeunes, par exemple le lieu de résidence ou le statut social, affirme-t-elle.

Investissements en santé mentale

Le ministre de la Santé de la Saskatchewan, Jim Reiter, dit faire de l’accès rapide à des soins en santé mentale sa priorité.

Nous nous engageons à faire en sorte que les résidents aient accès aux bons soins au bon moment et au bon endroit.

Jim Reiter, ministre de la Santé de la Saskatchewan

Dans le dernier budget de la province, près de 333 millions de dollars ont été alloués aux services en santé mentale.

Tableau Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour la période 2017-2018, 705 jeunes par tranche de 100 000 habitants ont été hospitalisés en raison de problèmes mentaux en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

Avec les informations de Charles Lalande

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !