•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression sexuelle : 13 nouvelles accusations contre le Gatinois Michel Giroux

Un homme en photo.

Michel Giroux a notamment été accusé d'agression sexuelle et de vaincre la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance.

Photo : Courtoisie : Service de police de la Ville de Gatineau

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a déposé 13 nouvelles accusations contre Michel Giroux, un Gatinois de 26 ans accusé notamment d'agression sexuelle après des rencontres en ligne.

C’est un appel aux victimes lancé par le corps policier à la fin de février qui a permis de découvrir de nouvelles présumées victimes, a fait savoir le SPVG lundi.

À la suite des nouvelles informations reçues, les policiers du SPVG ont également procédé à l'arrestation de Vincent Carrières, un résident de Gatineau de 28 ans, pour des infractions similaires, peut-on lire dans le communiqué.

Nous avons des raisons de croire que Vincent Carrières aurait pu faire d’autres victimes, soit en compagnie de complices, ou encore, seul, a indiqué la porte-parole du SPVG, Andrée East, lors d'une conférence de presse.

Vincent Carrières.

Vincent Carrières, 28 ans, de Gatineau

Photo : SPVG

Vincent Carrières.

Photo de profil Facebook de Vincent Carrières

Photo : SPVG

Michel Giroux a été arrêté une première fois le 26 février, au même moment où Simon Lavoie, 27 ans, et Hasan Demirovic, 31 ans, l’ont été, relativement à des agressions sexuelles.

Michel Giroux a de nouveau été arrêté par les policiers le 1er mai, indique le SPVG. Il a comparu devant la Cour du Québec et est demeuré détenu. Il doit répondre à des accusations d'agressions sexuelles armées, d'avoir vaincu la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance et de voyeurisme.

Les autorités indiquent que Vincent Carrières a été appréhendé le même jour. Il est également resté détenu après avoir comparu devant la Cour du Québec. Il fait face à des accusations d'agressions sexuelles armées et d'avoir vaincu la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance.

Un homme.

Michel Giroux sur trois photos de profil différentes. Les deux photos de droite étaient celles qui étaient utilisées pour les applications de rencontre en ligne.

Photo : Courtoisie : Service de police de la Ville de Gatineau

À noter qu’en vertu de l'article 272 (1) d) du Code criminel du Canada (Nouvelle fenêtre), une agression sexuelle commise par plus d'un individu est considérée comme une agression sexuelle armée.

Par ailleurs, le SPVG indique que la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série, qui est coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée relativement à ces dossiers interconnectés d'agressions sexuelles sur le territoire de Gatineau.

Les policiers indiquent que l'enquête se poursuit et que de nouvelles accusations pourraient être portées contre les deux hommes.

Le SPVG recherche d' autres victimes concernant M. Giroux ou M. Carrières, et invite la population qui pourrait détenir de l'information à composer le 819 243-2345, poste 6238.

Précautions à prendre pour le premier rendez-vous à la suite d'une rencontre en ligne :

  • Les premières rencontres devraient toujours avoir lieu en terrain neutre, comme dans un lieu public;
  • Il importe de planifier son propre moyen de transport pour l'aller et le retour;
  • Il vaut mieux prévenir des proches de cette rencontre en leur disant où elle a lieu, avec qui et l'heure à laquelle elle est censée se terminer;
  • Il est préférable de conserver ses effets personnels sur soi (téléphone cellulaire, clés, cartes d'identité, etc.);
  • Si on ressent un malaise envers la personne, la meilleure chose à faire est de se fier à son instinct et de partir sans hésiter.


Source : SPVG

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.