•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environ 200 travailleurs de l’ABI se rendent à Pittsburgh

Pancartes du syndicat l'été et des syndiqués assis

Les 1030 travailleurs de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) sont en lock-out depuis le 11 janvier 2018.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des syndiqués de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) sont partis lundi soir pour Pittsburg, afin d'aller se faire entendre lors de l'assemblée annuelle des actionnaires d'Alcoa, qui a lieu mercredi.

Environ 200 travailleurs prennent part au périple dont l’objectif est de convaincre les actionnaires de demander à la direction d’Alcoa de régler le conflit de travail qui dure depuis maintenant près de 16 mois.

C’est la deuxième année que les syndiqués de Bécancour se présentent à l’assemblée des actionnaires aux États-Unis.

On trouve ça dommage qu’un an se soit écoulé depuis la dernière assemblée et que le conflit ne soit toujours pas réglé, déplore le président de la section locale 9700 du Syndicat des métallos, Clément Masse.

Gens avec des bagages qui s'apprêtent à rentrer dans l'autobus.

En mai dernier, près de 100 syndiqués de l'ABI étaient partis de Trois-Rivières pour se rendre à Pittsburgh, aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Mercredi matin, les quelque 200 syndiqués partiront à pied du bureau des Métallos à Pittsburgh pour se rendre devant l’hôtel Fairmount où se tient l’assemblée des actionnaires d’Alcoa.

Une dizaine de représentants syndicaux se rendront ensuite à l’intérieur des murs pour assister à l’assemblée, grâce à des procurations pour représenter des actionnaires. Des délégués du Québec y seront, mais aussi d’autres usines d’Alcoa aux États-Unis.

Ils pourront ainsi s’adresser directement aux actionnaires.

Le président du syndicat des travailleurs de Bécancour souhaite que les actionnaires donnent le mandat à la haute direction de négocier de bonne foi.

C’est une usine qui est importante pour Alcoa, une fonderie qui est perfectionnée, on est capable de faire beaucoup de produits à valeur ajoutée et l’employeur se prive de tout cela avec le conflit, affirme Clément Masse.

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail