•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Caisse de dépôt étudiera des scénarios de transport collectif vers le nord, le sud et l'est

Une maquette du projet montrant un train qui passe au-dessus d'un cours d'eau.

Le REM est un projet de train de banlieue de 6,3 milliards de dollars.

Photo : CDPQ Infra

Jérôme Labbé

Québec annonce que la Caisse de dépôt et placement (CDPQ) se penchera sur deux scénarios de prolongement du futur Réseau express métropolitain (REM), vers Laval et vers la Rive-Sud, ainsi que sur un « nouveau mode de transport » dans l'est de Montréal. L'ARTM ne participera toutefois pas au processus, ce que dénonce la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Le gouvernement Legault a confirmé le début des études préliminaires par voie de communiqué, lundi, au moment où s'ouvrait le Forum stratégique sur les grands projets métropolitains au Palais des congrès de Montréal.

« Ces axes correspondent à des prolongements vers le nord pour desservir le centre de Laval, et vers le sud pour atteindre les secteurs de Chambly et de Saint-Jean-sur-Richelieu », écrit-il. « À cela s'ajoute l'évaluation d'un nouveau système de transport collectif pour relier l'est de Montréal et le secteur du Cégep Marie-Victorin au centre-ville. »

Aucune autre information n'a été fournie lundi, outre le fait que les résultats de ces analyses étaient attendus au cours de la prochaine année, en 2020.

Les tracés exacts, par exemple, n'ont pas encore été définis. Mais selon nos informations, l'antenne lavalloise prendrait fin au Carrefour Laval, à l'intersection des autoroutes 15 et 440, alors que celle de la Rive-Sud s'arrêterait au coin de la 10 et de la 35. Ces deux prolongements sont estimés respectivement à 17 km et 22 km.

Le communiqué laisse par ailleurs penser qu'un futur lien vers l'est pourrait passer par le nord de l'île, puisque le Cégep Marie-Victorin est situé dans l'arrondissement de Montréal-Nord. Le cabinet de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, écrit en outre que le « nouveau système de transport collectif » permettrait aussi de relier Rivière‑des‑Prairies au centre-ville.

Une carte du REM, auquel on a ajouté trois liens vers le nord, l'est et le sud,

Le REM pourrait être ainsi prolongé dans quelques années.

Photo : Radio-Canada

Un compromis sur la ligne rose?

L'idée de relier le nord-est de Montréal au centre-ville par un nouveau lien structurant se rapproche beaucoup de la « ligne rose » du métro souhaitée par l'administration Plante, n'ont pas manqué de souligner les journalistes présents, lundi, au Palais des congrès.

« Ce qu'il faut, c'est désengorger la ligne orange, et il y a un axe transversal sur lequel on doit travailler, peu importe la technologie », a répondu la ministre Rouleau. « Mais je répéterai que je ne donne pas de couleur à la mobilité de la région métropolitaine. »

Mme Rouleau en mêlée de presse.

Chantal Rouleau est ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole.

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Ce n'est pas la première fois que les membres du gouvernement Legault évoquent la possibilité de prolonger le futur REM, même si la première antenne, sur la Rive-Sud, ne sera pas en exploitation avant 2021. Ce souhait a été évoqué par la Coalition avenir Québec avant, pendant et après la dernière campagne électorale.

De plus, il est question depuis plusieurs années d'aménager un tramway dans l'est de l'île, le long de la rue Notre-Dame. Ce moyen de transport – qui quadrillait autrefois la métropole – n'est toutefois pas mentionné explicitement dans le communiqué fourni lundi, ses rédacteurs ayant choisi les expressions plus génériques, comme « nouveau mode de transport » ou encore « nouveau système de transport collectif ».

Interrogé sur le sujet lors de son passage en Beauce, lundi, le premier ministre Legault a admis que son gouvernement jonglait avec l'idée de remplacer le tramway par un REM dans l'est de Montréal.

« Ça pourrait être des tramways, ça pourrait être des REM, ça pourrait être d'autres solutions », a-t-il avancé. « On est en train de regarder comment on peut investir de façon intelligente dans le transport en commun dans le Grand Montréal. »

L'ARTM écartée

Les analyses annoncées lundi seront effectuées par CDPQ Infra, la branche de la Caisse de dépôt responsable de gérer les grands projets d'infrastructures, et non par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui a pourtant le mandat de coordonner les différents services de transport public du Grand Montréal.

Jugeant la situation « inquiétante », Valérie Plante réclame que le gouvernement Legault fasse volte-face, ou qu'à tout le moins l'ARTM puisse superviser les travaux de CDPQ Infra.

Mme Plante en point de presse.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, préférerait que les différents scénarios de prolongement du REM soient étudiés par l'ARTM plutôt que par CDPQ Infra.

Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

En marge d'une annonce à saveur environnementale, lundi matin, la mairesse a rappelé que, contrairement à la Caisse de dépôt, l'ARTM est dirigée par des élus qui, selon elle, ont toute la légitimité de « planifier l'ensemble du transport collectif dans la région métropolitaine ».

Je demande – je vous dirais même que j'exige – que ça passe par l'ARTM.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le premier ministre Legault a répliqué en affirmant que la CDPQ avait toute l'expertise nécessaire pour mener elle-même les études préliminaires. « La Caisse de dépôt a travaillé avant la construction du REM sur des études de volume – volume sur l'île de Montréal, volume sur la Rive-Nord, la Rive-Sud –, donc ils ont beaucoup de données qui peuvent nous être utiles pour considérer certains scénarios. »

De toute façon, « l’ARTM n’a pas supervisé les travaux de la Caisse pour la création et le déploiement du REM », a rappelé par courriel Sarah Bigras, porte-parole du ministre des Transports, François Bonnardel. Ainsi, le prolongement du REM devrait logiquement se faire sans la supervision de l'ARTM, estime le cabinet. Mais « si la concrétisation du prolongement et/ou du projet de l’Est est confirmée, une entente devra être conclue avec la Caisse [...] pour intégrer au réseau métropolitain les éventuels nouveaux services de transport collectif et leur tarification », reconnaît-elle.

L'ARTM confirme de son côté qu'elle n'a pas reçu le mandat de superviser la Caisse dans ses études préliminaires. Par courriel, sa porte-parole Fanie St-Pierre a cependant précisé que l'Agence avait déjà reçu le financement nécessaire de Québec pour étudier les « besoins en mobilité dans l’axe est-ouest correspondant à l’axe de la rue Notre-Dame ».

« Pour nous, les deux démarches sont complémentaires », écrit-elle.

L'annonce de lundi survient quelques jours après que l'opposition libérale eut souligné en commission parlementaire que le gouvernement Legault n'avait pas encore demandé officiellement à CDPQ Infra d'étudier la possibilité de prolonger le futur REM.

Elle ne fait toutefois pas mention de la volonté de certains élus montréalais de prolonger le REM vers la gare de Dorval, un tronçon d'à peine 700 mètres qui permettrait de relier l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau à la ligne de train de banlieue Vaudreuil-Hudson, dans l'Ouest-de-l'Île.

La Ville de Mirabel oubliée

Le communiqué ne fait pas non plus état d'un éventuel prolongement vers Mirabel, tel qu'évoqué par l'ancien premier ministre Couillard à l'aube de la dernière campagne électorale.

Le maire de la municipalité, Jean Bouchard, s'en est d'ailleurs désolé dans un communiqué transmis lundi après-midi. « Depuis les audiences publiques du BAPE en 2016, la Ville de Mirabel défend qu’il serait excessivement pertinent de pourvoir sa zone aéroportuaire d’une antenne du REM, par un prolongement du tracé de 15 km à partir de Deux-Montagnes », écrit-il, déçu. « Nous aurions évidemment souhaité que Mirabel fasse partie de ce qui a été annoncé ce matin. »

Un regroupement de 21 maires dont il fait partie, « Solution réseau intégré Laval–Basses-Laurentides », a pourtant applaudi l'annonce de lundi, tout comme la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, qui organisait le Forum.

Une carte de Montréal.

Les dates d'entrée en service des stations du REM

Photo : rem.info

Le REM est un projet évalué à 6,3 milliards de dollars, financé à hauteur de 3 milliards par des fonds publics. Il prévoit actuellement la construction de 26 stations.

Les prolongements évoqués lundi feraient passer la longueur du réseau de 67 km à 106 km.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine, Jean-Sébastien Cloutier et Julie Marceau

Transport en commun

Société