•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines d'aides familiales menacées d'expulsion

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des femmes venues de Philippines comme aides familiales sont coincées entre les lois fédérale et provinciale sur l'immigration.

Des femmes venues de Philippines comme aides familiales sont coincées entre les lois fédérale et provinciale sur l'immigration.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus de 80 personnes, employées au Québec à titre d'aides familiales, pourraient bientôt devoir quitter la province.

Elles sont arrivées en vertu d'un programme canadien d'immigration, qui leur permettait d'obtenir la résidence permanente après deux ans.

Toutefois, leur cas fait partie des 18 000 dossiers menacés par le projet de loi 9 du gouvernement Legault. Ce projet de loi vise à sélectionner les immigrants en fonction des besoins de main-d’œuvre plutôt que sur la base du premier arrivé, premier servi, comme c’est le cas actuellement.

Le député de Québec solidaire et porte-parole en matière d'immigration, Andrés Fontecilla, s'insurge de la situation et de la détresse de ces travailleuses immigrantes.

« Il s'agit d'un groupe de 140 femmes qui sont arrivées en vertu d'un programme fédéral qui après deux leur assurait l'accès à la résidence permanente. Mais on sait que dans le cas du Québec, on a le pouvoir de sélection, donc il faut l'approbation du Québec. Et ce que fait le projet de loi 9 en abolissant 18 000 dossiers, c'est que ça amalgame tout », a-t-il déclaré.

Ces femmes demandent au gouvernement du Québec de faire une exception afin qu'elles puissent recevoir un certificat de sélection dans le but d'obtenir la résidence permanente.

« Il y a une particularité avec ces travailleuses, parce que dans le système fédéral il existe une voie séparée et leur situation est différente des autres demandes de travailleurs qualifiés. On revendique que leur dossier soit traité sans délai », explique Cheolki Yoon, du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants.

Avec les informations de Michel Marsolais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !