•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau chef pour le PLQ au printemps 2020

Le chef intérimaire du PLQ passera le flambeau à son successeur en 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Parti libéral du Québec choisira son prochain chef au printemps 2020, a-t-on appris dimanche, au terme du conseil général du parti, à Drummondville.

Le congrès à la chefferie du PLQ ne se tiendra pas à Montréal, mais bien dans une ville de l’est du Québec qui n’a pas été dévoilée.

Les candidats devront recueillir 750 signatures de membres du parti issus d’au moins 70 circonscriptions dans 12 régions. Au moins 250 signatures devront provenir de personnes devenues membres du parti après le conseil général du week-end.

Le droit d'entrée dans la course sera de 60 000 $, alors qu'il avait été de 50 000 $ en 2013. Les candidats pourront dépenser au maximum 500 000 $.

Le PLQ a indiqué que cinq débats entre les candidats auront lieu durant la course. Deux se tiendront dans l’est de la province, et deux autres dans l’ouest. L’un de ces derniers se déroulera en anglais. Un débat supplémentaire sera organisé par l’aile jeunesse du parti.

Quant au vote, il s’échelonnera sur une période de cinq jours. Les membres du parti pourront voter par Internet ou par téléphone.

À noter que le PLQ accordera une place importante à ses membres de 25 ans et moins, en leur conférant 33 % des points dans le calcul des résultats de chaque circonscription.

Des intéressés

Certains députés ont d’ores et déjà laissé entendre qu’un saut dans la course à la direction pourrait les intéresser. C’est notamment le cas de Dominique Anglade, ex-ministre de l’Économie sous Philippe Couillard.

« J’ai toujours dit qu’il y avait un intérêt », a rappelé samedi la députée de Saint-Henri–Sainte-Anne à l’ouverture du conseil général.

L’avocate et fiscaliste Marwah Rizqy, élue sous la bannière libérale en octobre dernier, ne ferme pas non plus la porte à une éventuelle candidature.

L’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette a également fait savoir qu’il pourrait entendre la voix des gens qui le poussent à se présenter. « Disons qu’on va peut-être frapper à ma porte et qu’elle va s’entrouvrir », a-t-il déclaré samedi.

Le député de Jean-Talon, l'ex-ministre Sébastien Proulx, a dit dimanche qu'il changeait d'idée et amorçait une deuxième période de réflexion, après avoir fermé la porte à l'idée de se porter candidat au poste de chef du PLQ, en février.

Il affirme avoir été sollicité durant le week-end et avoir été « beaucoup touché » par ces marques de confiance, au point d'envisager désormais l'idée d'une candidature.

D’autres députés bien en vue ont toutefois catégoriquement renoncé à la direction du PLQ. C’est le cas de Pierre Moreau et d’André Fortin.

La course à la direction est rendue nécessaire par la démission de l’ex-premier ministre Philippe Couillard, qui a mené son parti à la pire défaite de son histoire lors des élections générales d’octobre 2018. Élu dans son fief de Roberval, il a démissionné de toutes ses fonctions trois jours plus tard.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique